Les titres des films de décembre 2017

-Vendredi  1er décembre et mardi  5 à 20h30: MISE A MORT DU CERF SACRE  

Drame, fantastique de Yórgos Lánthimos

Grèce , Grande Bretagne      2h 01min .

Prix du scénario à Cannes 2017

Steven, brillant chirurgien, est marié à Anna, ophtalmologue respectée. Ils vivent heureux avec leurs deux enfants Kim, 14 ans et Bob, 12 ans. Depuis quelques temps, Steven a pris sous son aile Martin, un jeune garçon qui a perdu son père. Mais ce dernier s’immisce progressivement au sein de la famille et devient de plus en plus menaçant, jusqu’à conduire Steven à un impensable sacrifice.

Le réalisateur : Yorgos Lanthi­mos ,scéna­riste et réali­sa­teur grec, est né en 1973 à Athènes. En 2009 il réalise Canine ( Prix Un Certain regard au Festi­val de Cannes);  en 2011,  Alps ( Prix du Scéna­rio lors de la Mostra de Venise) et en 2015, son très déjanté , The Lobs­ter , (Prix du Jury au Festi­val de Cannes  et  programmé  par  Chlorofilm. 

La critique : Entre humour noir, observation implacable et transgression, le réalisateur grec de “The Lobster” signe un thriller chirurgical virtuose et dérangeant Télérama

Avec Nicole Kidman ( Prix du 70ème Festival de Cannes ), Colin Farrell (comédien irlandais premier rôle de The Lobster )  , Barry Keoghan .

 

Le  court métrage : UN TAS D’ENNUIS  (A HEAP OF TROUBLE) de Steve Sullivan

Attention certaines images peuvent choquer le jeune public

Grande-Bretagne, 2000, Fiction, Couleur,  - 04'00 -

Synopsis : Un vent de folie flotte sur une petite ville du Pays de Galles. Sept hommes paradent, nus et en chantant, puis un huitième, puis un neuvième. La chanson agit comme un sort et convie les habitants à ce défilé inhabituel.

 

Lundi 4 décembre 20h30 :

VOYAGE A TOKYO De Yasujirô Ozu

Drame Japon 1953 2h16.

Un couple de personnes âgées rend visite à leurs enfants à Tokyo. D'abord reçus avec les égards qui leur sont dûs, ils deviennent bientôt dérangeants dans leur vie quotidienne....

Le réalisateur : Yasujirô Ozu est né à Tokyo en 1903. Adolescent, il se passionne pour le cinéma américain. En 1927, il met en scène son premier film, Le Sabre de pénitence. Ses réalisations muettes dénotent l'influence du cinéma américain et européen. Au milieu des années 1930, il devient l’un des réalisateurs les plus célèbres du Japon, aussi talentueux dans la comédie que le drame en passant par le film noir. Il s’attache à traiter de la vie familiale japonaise, témoin des bouleversements sociaux de l’époque. Ozu a beaucoup de mal à accepter les innovations techniques. Il n'a adhéré au parlant qu'en 1936, et il a longtemps  la couleur à la  fin  des  années  50 . En 1937, il est mobilisé  pendant vingt mois en Chine. A la fin des années 1950, il tourne Fleurs d'équinoxe. son premier film en couleurs, et prend finalement un tel plaisir à réaliser ce film qu'il décide de tourner ses cinq derniers films en couleur dont son dernier: Le Goût du saké(1962). Il meurt à Tokyo en 1963 .

C'est à travers l'évolution des parents et des enfants que Voyage à Tokyo, considéré par la critique comme son meilleur, décrit la façon dont le système familial japonais commence à se désintégrer.

L’œuvre d'Ozu reste inconnue en France jusqu'en 1978, soit quinze ans après sa mort. En 1978, trois films sortent sur les écrans français : Voyage à Tokyo, Le Goût du saké et Fin d'automne.    Gosses de Tokyo sort en 1980.

La critique : La modernité d'Ozu (ou sa nipponité?) réside dans sa délicatesse de style, un mélange de douceur et d’acuité qui respecte chaque personnage dans toutes ses raisons.( Les Inrockuptibles )

Le  court métrage :PAS DANS LA NEIGE de Makiko Sukikara

Également conseillé aux jeunes enfants (moins de 6 ans)

Japon, 2010, Animation, .- 06'00 -

Synopsis : C'est l'hiver, il fait nuit et la neige forme un beau tapis blanc. Un petit loir sort de l'hibernation et découvre des traces de pas pas plus grandes que les siennes. Il décide de les suivre.

 

Vendredi   8  décembre  à  18h    et  mardi  12  décembre à 20h30:

PRENDRE  LE  LARGE  

drame de Gael Morel   avec  Sandrine  Bonnaire , 1h43 ,  France , 2017.

Edith, 45 ans, ouvrière dans une usine textile, voit sa vie bouleversée par un plan social. Loin de son fils et sans attache, plutôt que le chômage, elle est la seule à choisir de rejoindre son usine délocalisée au Maroc…

Le   réalisateur :  Fasciné dès l'enfance par le cinéma et les actrices, Gaël Morel grandit  dans  la région lyonnaise. Membre d'un Jury Jeunes au  Festival de Cannes à 18 ans.   Interpràte  l'un des rôles principaux des Roseaux sauvages   et  dans Loin   d'André Techiné  et  ,  étudiant  ,  dans dans Le Plus bel âge (1995)

Gaël Morel  consacrer essentiellement à la réalisation :  A toute vitesse (1996), Les Chemins de l'Oued, réflexion sur le trouble identitaire et les troubles politiques ;  Après lui, un film sur le deuil présenté à la Quinzaine des Réalisateurs  à  Cannes en 2007 ....

La  critique :

Entre l'agonie de la classe ouvrière française et l'exploitation de celle du Maroc, une femme cherche les conditions de sa réinvention. Un très beau portrait, illuminé par une Sandrine Bonnaire retrouvée.         Les Inrockuptibles  

 Toujours à bonne distance de son sujet et de ses personnages, Gaël Morel   ("Après lui", "Notre paradis") signe son meilleur film, aussi   convaincant dans la délicatesse de son approche psychologique que dans   sa radiographie d'un univers social déliquescent. Positif .

 

Le  court métrage AMA     de Emilie Almeida , Liang Huang , Kemari Mansoureh , Julie Robert , Juliette Peuportier , Tony Unser

France, 2015, Animation, Couleur,  - 03'24

Synopsis : Au Japon dans les années 50, une jeune américaine visite un village avec son mari militaire et un groupe d'amis. Prise d'admiration pour le paysage, elle se détache du groupe, elle fait la connaissance de Namiko, une jeune pêcheuse 'ama'            

 

 lundi 11  décembre à 20h30: 

JEUNE FEMME     Comédie dramatique  de Léonor Serraille

France-Belgique, 2017, 1h37

Caméra d’or au festival de Cannes 2017

Un chat sous le bras, des portes closes, rien dans les poches, voici Paula, de retour à Paris après une longue absence. Au fil des rencontres, la jeune femme est bientôt décidée à prendre un nouveau départ. Avec panache.

La réalisatrice : Formée à la Femis, Léonor Serraille a participé à l’écriture et à la réalisation de courts-métrages, avant la réalisation de Jeune femme, premier long-métrage déjà remarqué et récompensé cette année au festival de Cannes. Cette « jeune réalisatrice » appartient à la génération de Justine Triet  et Vincent Macaigne, qui ont le souci de présenter leur génération de manière différente, avec des personnages plus libres : « c’est Cassavetes qui m’a donné envie de faire des films » confie-telle .

La critique : « Tourbillonnant, irritant, bouleversant, Jeune Femme est un objet curieux qui possède une arme secrète : son humour iconoplaste… » (Première )

« En larmes ou en orbite dans ses rêves, en uniforme ou perdue dans son grand manteau rouge, la comédienne est la révélation du film » (Télérama)

 

Le  court métrage :   J’ATTENDRAI LE SUIVANT    de Philippe Orreindy

France, 2002, Fiction, Couleur, Français.     - 04'00 –

Synopsis : Un homme quête l'amour dans le métro, les passagers l'écoutent, certains avec attention

 

 

 

 Vend 15   décembre  à 18h  et  mardi 19  décembre à 20h30

 

 MARVIN OU LA  BELLE  EDUCATION    de  Drame de Anne Fontaine        France  2017   1h 53min

Martin Clément, né Marvin Bijou, a fui son  village, sa famille,  l'intolérance et les brimades auxquelles s’expose un garçon «différent». La principale du collège lui avait fait découvrir le théâtre … Marvin devenu Martin va prendre tous les risques pour raconter sur scène son histoire et trouver ainsi le salut.

Après  Nettoyage à sec , Coco avant Chanel  , Perfect Mothers , Les Innocentes …  Anne Fontaine réinvente le destin de  Marvin en s’entourant d’une belle pléiade d’acteurs : Finnegan Oldfield, Grégory Gadebois, Vincent Macaigne,  Catherine Mouchet , Charles Berling , Isabelle Huppert.

La critique :  « Devenir quelqu'un d'autre : soi-même..., s'arracher le coeur et partir en courant". Un beau parcours initiatique en clair-obscur »  Cineuropa

Le  court  métrage: MAN ON THE CHAIR    de Dahee Jeong

France, 2014, Animation, Couleur, Coréen (VOST).    - 06'55

Synopsis : L'homme sur la chaise est tourmenté et doute constamment de sa propre existence. Est-il simplement une image que j'ai créée...? Peut-être suis-je moi-même une image dessinée par quelqu'un d'autre ?

 

Lundi 18  décembre 20h30:

CARRE  35       De  Eric  Caravaca

Français 2017 ; 1h07 .

 "Carré 35"  est un lieu qui n’a jamais été nommé dans ma famille ; c’est là qu’est enterrée ma sœur aînée, morte à l’âge de trois ans. Cette sœur dont on ne m’a rien dit ou presque, et dont mes parents n’avaient curieusement gardé aucune photographie. C’est pour combler cette absence d’image que j’ai entrepris ce film…  J’ai ouvert une porte dérobée sur un vécu que j’ignorais, sur cette mémoire inconsciente qui est en chacun de nous et qui fait ce que nous sommes."

Le  réalisateur : Né  à  Rennes Eric Caravaca se forme au Conservatoire et à l'Actor's studio. César du Meilleur espoir en 2000  pour   C'est quoi la vie ? de Francois Dupeyron.  César du Meilleur acteur en 2002 dans  La Chambre des officiers.    Son  goût pour un cinéma de l'intime, au plus près de l'humain, se retrouve dans ,  Le Passager, son 1er  film ,  sur le deuil et la transmission. Il  est  interprète  dans  70  films dont deux œuvres engagées, La Raison du plus faible, de Lucas Belvaux puis Mon colonel, produit par Costa-Gavras.

 

La  critique : "Carré 35" est d'abord un très grand film de cinéma (...). Caravaca n'est plus seulement comédien, il est aussi auteur. Transfuge .

 

 "Carré 35"  rend palpable l'ambition commune des plus grands documentaires pour la poursuite d'un temps irrémédiablement perdu et la révélation de l'invisible. Positif .

 

D'une beauté rare, "Carré 35" est à la fois une rencontre d'une mère et son fils et des retrouvailles avec une fille et une sœur.  Culturopoing.com

 

Le  court  métrage :   LE JOUR DU MARATHON    de Hanne Berkaak

Norvège, 2015, Animation, Couleur, Sans dialogue.   - 07'30

Synopsis : Un grand marathon à travers les magnifiques paysages enneigés de Laponie. Mais ce n'est pas juste une course entre la ligne de départ et la ligne d'arrivée. Ce qui compte, ce n'est pas de gagner, mais de garder la tête froide. 

 

Vendredi 22  décembre  à 18h  et  mardi 26 décembre 20h30 :  

LA  VILLA     Drame de Robert Guédiguian

 

France, 2017, 1h 47min.

Dans une calanque près de Marseille, au creux de l’hiver, Angèle, Joseph et Armand, se rassemblent autour de leur père vieillissant. C’est le moment pour eux de mesurer ce qu’ils ont conservé de l’idéal qu’il leur a transmis, du monde de fraternité qu’il avait bâti dans ce lieu magique, autour d’un restaurant ouvrier dont Armand, le fils aîné, continue de s’occuper. Lorsque de nouveaux arrivants venus de la mer vont bouleverser leurs réflexions…

 

Le réalisateur : Fils de docker, Robert Guédiguian grandit dans le quartier populaire de l'Estaque, à Marseille. S'intéressant très tôt aux questions politiques, il entame des études de sociologie. Déçu par la politique, Guédiguian trouve dans le cinéma une nouvelle manière de s'engager. Le grand public le découvre  avec l'optimiste Marius et Jeannette, ( César de la Meilleure actrice en 1988  pour  Ariane  Ascaride . Tout en restant fidèle à la cité phocéenne, Robert Guédiguian s'essaie à différents genres, du film noir (A la place du coeur) à la fable (Mon père est ingénieur). Autres  films : en 2004, Le Promeneur du Champ de Mars,   ,  en 2007  Un Voyage en Arménie , puis Lady Jane (2008), L'Armée du crime (2009). Les Neiges du Kilimandjaro.

 

La critique : «... Dans La Villa, Robert Guédiguian revient à ses fondamentaux et signe un film plein de grâce et d’émotion, d’intelligence sur l’époque. Le cinéaste y revient aujourd’hui à première vue pour solder les comptes, et à seconde vue pour continuer le combat. Toute la beauté du film tient dans cet effet à double détente..."       Le Monde.fr   

 

Les interprètes : avec au générique la "famille Guédiguian" : Ariane Ascaride (Angèle) ; Gérard Meylan (Armand) ; Jean-Pierre Darroussin (Joseph) ; Jacques Boudet (Martin), et Anaïs Demoustier ( Bérangère) ; Robinson Stévenin (Benjamin)...  

Le  court  métrageLES TROIS INVENTEURS    de Michel Ocelot

France, 1979, Animation, Couleur, Français. - 13'12 –

Synopsis : Dans un monde de dentelle blanche, un grand inventeur, une grande inventrice et une petite inventrice inventent de belles machines utiles. Mais les gens ne comprennent pas et n'aiment pas qu'on ne se tienne pas comme eux...

 

vendredi 29 déc 18h    et mardi 2  janvier 20h30 :

 

  LE MUSEE DES MERVEILLES     Film de Todd Haynes   Americain, 2017, 1 h 57 min

 

Minnesota, 1977. Ben Wilson, sourd de naissance d’une oreille, fait chaque nuit le même cauchemar… Mais pourquoi ces bêtes le traquent-elles ainsi ?   New Jersey, 1927. Rose, une fillette sourde-muette, est seule dans sa chambre. Sa mère lui interdit de sortir à cause de son handicap. Rose contemple New York, et découpe des photos de stars dans un magazine . Lorsque Ben découvre dans les affaires de sa mère l’indice qui pourrait le conduire à son père et que Rose apprend que son idole sera bientôt sur scène, les deux enfants, à deux époques distinctes, se lancent dans une quête à la symétrie fascinante qui va les mener à New York... 

 

Le réalisateur: A 3 ans, Todd Haynes découvre  le cinéma en regardant Marry Poppins. Passionné dès son plus jeune âge par les arts visuels, il s'adonne d'abord surtout à la peinture, mais ne tarde pas à tourner des films amateur. Le musée des merveilles,est une adaptation du roman de Brian Selznick, et s'adresse à un public plus jeune que ses métrages précédents. Julianne Moore, Kate Winslet et Cate Blanchett sont des actrices avec lesquelles il travaille fréquemment, tout comme le directeur de la photographie Ed Lachman, la productrice Christine Vachon et le compositeur Carter Burwell.

 

La critique: Grâce à un montage éblouissant où l’entrelacement des temporalités rend un vibrant hommage au cinéma muet et au noir et blanc, Le musée des merveilles brille en donnant à percevoir finement la surdité. " Le bleu du miroir".
 

Le  court  métrage :   BALLOONLAND     de Ub Iwerks

Etats-Unis, 1935, Animation, Couleur, Anglais (VOST).    - 06'42

Synopsis : Dans les nuages existe un monde merveilleux et coloré dont les habitants sont des ballons. Ils s'uniront pour livrer bataille à leur sinistre ennemi, l'homme pelote d'épingles. Un dessin animé flamboyant, inédit en France, signé du créateur de Flip la grenouille : Ub Iwerks.

 

Vendredi   5 janvier 18h   et mardi  9  à 20h30:

Bienvenue à  SUBURBICON  

Comédie dramatique de George Clooney

États-Unis, 2017, 1h 45min, VOST.

Suburbicon est une paisible petite ville résidentielle aux maisons abordables et aux pelouses impeccablement entretenues, l’endroit parfait pour une vie de famille. Durant l’été 1959, tous les résidents semblent vivre leur rêve américain dans cette parcelle de paradis. Pourtant, sous cette apparente tranquillité, entre les murs de ces pavillons, se cache une réalité tout autre faite de mensonge, de trahison, de duperie et de violence... Bienvenue à Suburbicon.

Le réalisateur : c'est  la série culte Urgences (1994) qui  propulse George Clooney du jour au lendemain au rang de star. En 1996, l'acteur accepte son premier grand rôle au cinéma dans Une Nuit en enfer de Robert Rodriguez… Les occasions de tourner aux côtés de réalisateurs renommés ne manquent pas, son nom est souvent associé à celui du réalisateur Steven Soderbergh avec qui il tourne six films, ainsi qu'à celui des frères Coen, sous la direction desquels il participe à quatre films. En 2003 Clooney décide de se lancer un nouveau défi, passer derrière la caméra. Il tourne Confessions d'un homme dangereux et s'attire les faveurs de la critique. Bienvenue à Suburbicon est sa 6ème réalisation 

 

La critique : " … Suburbicon mélange savoureusement les univers des frères Coen et de George Clooney, alors que le récit orchestré s’organise autour de la rencontre entre la truculence des uns et le penchant pour la satire politico-sociale de l’autre. En effet, la patte des frangins Coen imprègne fermement ce joyeux jeu de massacre dans cette banlieue trop parfaite des années 50, qui se pare d’un ton entre la comédie ubuesque et le polar noir..."           Mondociné

 

Les interprètes : Matt Damon (Gardner) ;  Julianne Moore (Margaret / Rose) ;  Oscar Isaac (Bud Cooper) ; Noah Jupe (Nicky) ;  Glenn Fleshler (Ira)...

Le  court  métrage :JOHNNO'S DEAD    de Chris Shepherd

Attention certaines images peuvent choquer le jeune public

 France, 2016, Animation, Couleur,  - 08'00 –

Synopsis : En prison depuis douze ans pour un crime qu'il n'a pas commis, un homme est possédé par les fantômes de son passé. Si seulement il pouvait mettre la main sur Johnno, le responsable de cette situation...

 

Lundi 8   janvier à 20h30:

KIBULA       Drame  de: George Ovashvili ; 2017 ;  1h37min.

Khibula s’inspire librement des derniers jours du premier président géorgien élu démocratiquement, Zviad Gamsakhurdia, mort dans des circonstances mystérieuses. L’action se passe dans les magnifiques mais cruelles montagnes du Caucase  où le Président   s’est enfui après un coup d’État qui l’a chassé du pouvoir…. Escorté par une poignée de fidèles, il traverse clandestinement les paysages majestueux de la Géorgie  tour à tour accueillants et inquiétants….

 

 Le  réalisateur : George Ovashvili réalisateur, producteur, scénariste et acteur géorgien1 né en  1963  , Dans ses deux premiers films , L’autre rive   ( 2009 )et La terre éphémère, (2014)   George Ovashvili portait son attention sur des gens ordinaires. Dans Khibula, c’est une figure historique de la Géorgie, Zviad Gamsakhourdia, premier Président de la République de ce pays, qui est la  figure centrale d’un film dans lequel  le  cinéaste explore ce que représente la position de leader politique.

 

Critique : Le but poursuivi par George Ovashvili: s’introduire dans les pensées d’un leader politique autrefois très puissant et qui se trouve en train de perdre de sa superbe, tout en décrivant la manière dont il se situe et se comporte alors par rapport aux autres. On se doit d’admettre que ce but est parfaitement atteint… George Ovashvili confirme avec Khibula qu’il fait dorénavant partie des grands réalisateurs de notre époque. CRITIQUE FILM fr   

 

Le  court  métrage   :METUBE 2 : AUGUST SINGS CARMINA BURANA    de Daniel Moshel

Autriche, 2016, Expérimental,   - 05'30 –

Synopsis : Après le succès d'Elfie et de son geek de fils August devant leur webcam dans Metube 1, le drôle de couple s'aventure dans la rue pour présenter le flash mob le plus grand, le plus osé jamais vu sur internet !



05/11/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 241 autres membres