Les films de novembre 2017

  

Vendredi 3 novembre 18h et  Lundi 6 à 20h30 :

DETROIT    thriller américain réalisé par Kathryn Bigelow.

2017 ; 2h23 .

Interdit aux moins de 12 ans                    

Été 1967. Les États-Unis connaissent une vague d’émeutes sans précédent. La guerre du Vietnam, vécue comme une intervention néocoloniale, et la ségrégation raciale nourrissent la contestation. À Detroit, alors que le climat est insurrectionnel depuis deux jours, des coups de feu sont entendus en pleine nuit à proximité d’une base de la Garde nationale. Les forces de l’ordre encerclent l’Algiers Motel d’où semblent provenir les détonations. Bafouant toute procédure, les policiers soumettent une poignée de clients de l’hôtel à un interrogatoire sadique pour extorquer leurs aveux. ....
La  critique :  la réalisatrice signe son meilleur film, une œuvre dans la tradition  des films coup de poing de Richard Brooks ou Samuel Fuller.  (  Positif )       

Tranche sanglante de l'histoire des Etats-Unis, "Detroit" est politique,  polémique et clinique. Un nouveau grand film de Kathryn Bigelow.  (Transfuge

Sans surprise, Detroit a suscité une levée de boucliers aux Etats-Unis, preuve que leur ségrégationnisme latent reste un sujet sensible. Dommage, le film de Kathryn Bigelow est une claque... au meilleur sens du terme !    A  Voir-aLire.com  

 

Le  court métrage :  GRYLA  de Tomas Heidar Johannesson  Islande, 2017, Fiction, Couleur, Islandais (VOST).  - 06'16 -

Synopsis : Kidnappé par erreur et emmené dans les montagnes, un homme se retrouve face au troll islandais 'Grýla'.

 

Mardi 7  novembre 20h30 dans  le  cadre  de la  Semaine  Internationale organisée par la Municipalité  de  Quimperlé : 
ADY GASY   documentaire de Lova Nantenaina;  
Madagascar, France, 2015 , 1h 24 mn VOST

 

En présence d'Agnès Contensou, distributrice du film chez Latérit production 

 

Il y a ceux qui font des chaussures à partir de pneus, ceux qui fabriquent des lampes à partir de boîtes de conserves, ceux qui transforment les os de zébus en savon et en médicaments… Rien ne se perd, tout se transforme. À Madagascar, les gens défient la crise avec inventivité sans jamais rien perdre de leur identité et de leur sens de l’humour. En s’appuyant sur une tradition orale toujours digne, souvent enjouée ou cocasse, parfois désemparée ou révoltée, mais jamais amère. 

La trame est une sorte de satire douce-amère du système de surproduction et de surconsommation mondial, la forme est un jeu de miroir qui oppose aux discours insistants et bien rodés de certains agents de développement (banque mondiale, FMI) ceux des orateurs malgaches. « La vie sur cette terre est comme une roue de charrette, le haut peut se retrouver en bas, et le bas, en haut. »

Le réalisateur : Pour son premier film, Lova Nantenaina n'a choisi qu'une actrice, Florentine Razafiharisoa et un acteur, Rado Harivelo, tous les deux professionnels malgaches pour nous faire vivre cet élan qui habite le coeur de toute cette population, que l'on retrouve dans tous les figurants.

 

La critique : "Ne vous vantez pas de vos étincelles, nous sommes aussi forgerons que vous". Ce proverbe malgache résume à lui seul l'intention d'Ady Gasy : redonner à Madagascar et à ses habitants leurs lettres de noblesse. Mesdames et Messieurs les Occidentaux, nul besoin d'argent pour créer de quelconques objets, et seule la volonté suffit à construire de petits miracles. Journaliste de formation, Lova Nantenaina est devenu réalisateur pour témoigner de la formidable fraternité de son pays. Septième sens

 

Le court métrage :   DJEKABAARA  de Enis Miliaro  France, 2013, Fiction, Couleur, Français.  - 04'39 -

Synopsis : Une rencontre improbable entre un berger malien et un consultant français.

 

Vendredi 10 novembre  18h ; lundi 13 et mardi 14 à 20h30:
L'ATELIER  drame  de   Laurent  Cantet

Avec Marina Foïs,  Matthieu Lucci ; 1h53 ; 2017.

La Ciotat, été 2016. Antoine a accepté de suivre un atelier d’écriture où quelques jeunes en insertion doivent écrire un roman noir avec l’aide   d’Olivia, une romancière connue. Le travail d’écriture va faire resurgir le passé ouvrier de la ville, son chantier naval fermé depuis
25 ans, toute une nostalgie qui n'intéresse pas Antoine. Davantage  connecté à l'anxiété du monde actuel, il va s’opposer rapidement au groupe et à Olivia...

La  critique :            Avec "L’Atelier", des coudées au-dessus d’"Entre les murs"... Cantet continue d’inventer un cinéma qui échappe à tout message, à toute thèse, et qui ne se laisse attraper par aucun filet idéologique. Un cinéma joyeusement politique.      Libération   

(...) un magnifique portrait de groupe, ancré dans le réel, dessinant le tableau inquiet et pourtant lumineux d'une jeunesse confrontée à une vie déjà écrite et sans perspectives.   Positif .       

 

Le court métrage: LE SKATE MODERNE de Antoine Besse  France, 2014, Documentaire, Couleur, Français.- 06'43 -

Synopsis : Loin des signes classiques au 'fisheye', des spots de béton lisses et parfaits, 'le skate moderne' nous présente un groupe de skaters qui n'hésitent pas à mettre leurs boards dans la boue et rouler sur un environnement insolite et atypique

Dans le cadre du Festival Passeurs de Lumière

Chlorofilm vous propose  

Deux films de Jean-Gabriel Périot: 

vendredi 17  novembre 18h et mardi 21 à 20h30:

LUMIERE D’ÉTÉ  Drame 2017 France Japon 1h23

Synopsis : Akihiro, réalisateur japonais, vient de Paris, où il vit, interviewer à Hiroshima des survivants de la bombe atomique. Profondément bouleversé par ces témoignages, il fait une pause et rencontre dans un parc une étrange jeune femme, Michiko. Petit à petit, il se laisse porter par la gaîté de Michiko et décide de la suivre pour un voyage improvisé à travers la ville, jusqu'à la mer.

Jean-Gabriel Périot avait déjà abordé le thème d’Hiroshima dans 200 000 fantômes, court-métrage documentaire autour de la mémoire de la bombe qu'il a réalisé en 2007. Le réalisateur a donc choisi de revenir à cette thématique avec laquelle il entretient une relation forte.

Critique : Le fond est grave, mais la forme, légère et douce. "Lumières d'été" est une balade sentimentale qui unit avec naturel ­passé et présent. (Télérama)

Le  court métrage : BAO  de Sandra Desmazières France, 2012, Animation, Couleur, Sans dialogue. - 12'00 -

Synopsis : Dans un paysage industriel en pleine reconstruction, un train traverse une ville. À son bord, une jeune fille et son petit frère, Bao. Soudain, le train déraille.

 

Lundi 20 novembre à 20h30 :

Projection suivie d’un débat en présence de Françoise Dahringer enseignante d’allemand et de cinéma

Une jeunesse allemande   Documentaire 2015 France 1h33

Synopsis : La Fraction Armée Rouge (RAF), organisation terroriste d’extrême gauche, également surnommée « la bande à Baader » ou « groupe Baader-Meinhof », opère en Allemagne dans les années 70. Ses membres, qui croient en la force de l’image, expriment pourtant d’abord leur militantisme dans des actions artistiques, médiatiques et cinématographiques. Mais devant l’échec de leur portée, ils se radicalisent dans une lutte armée, jusqu’à commettre des attentats meurtriers qui contribueront au climat de violence sociale et politique durant « les années de plomb ».

Le réalisateur : dans sa jeunesse, Jean-Gabriel Périot fréquente assidûment les salles obscures. À quatorze ans, c'est le déclic, il décide que son métier sera de faire des films. Son engouement pour les archives, visuelles ou sonores  et l'histoire intervient lors d'un travail accompli au Centre Georges Pompidou à la fin de ses études. Il y découvre les possibilités qu'offrent les images d'archives, un matériau riche qui permet d'élaborer de nouveaux récits visuels. Cependant, avant de débuter dans le cinéma, il enseigne et propose des installations dans le domaine de l'art contemporain.

Ayant l’habitude de réaliser des courts-métrages sur ce qu’il y a de plus sombre dans l’humanité, Jean-Gabriel Périot a décidé de monter un documentaire sur des individus proches de ses idées politiques mais qui ont fini par tomber dans la violence. Le documentariste a étendu ses recherches sur les mouvements d’émancipation des années 60 et 70 pour finalement se concentrer sur la Fraction Armée Rouge, un groupe terroriste d’extrême-gauche.

La critique : Le film de Périot est absolument passionnant : on assiste au dévoiement d’un combat, à la perversion des valeurs. (Le Nouvel Obs)

Le  court  métrage : NASHORN IM GALOPP (RHINOCEROS AU GALOP) de Erik Schmitt , Stephan Müller Allemagne, 2013, Fiction, Couleur, Allemand (VOST). - 15'00 -

Synopsis : Bruno erre dans les rues de Berlin, la tête pleine d'interrogations, à la recherche de ce qui se cache derrière les innombrables façades et édifices. Il cherche à saisir l'âme de la ville.

 

Vendredi 24 novembre 18h;  lundi 27 et mardi 28 à 20h30: 

THE SQUARE   comédie  dramatique   de   .  Suédois ; Allemand;danois; francais . 2h31. 2017.  Palme d'or au Festival de Cannes 2017.

Christian est un père divorcé qui aime consacrer du temps à ses deux  enfants. Conservateur apprécié d’un musée d’art contemporain, il fait  aussi partie de ces gens qui roulent en voiture électrique et  soutiennent les grandes causes humanitaires. Il prépare sa prochaine exposition, intitulée « The Square », autour d’une installation incitant   les visiteurs à l’altruisme et leur rappelant leur devoir à l’égard de  leurs prochains. Mais il est parfois difficile de vivre en accord avec   ses valeurs.....

 

Le  réalisateur : né  en  Suède en 1974,  Ruben Östlund Ruben Östlund est un fidèle du  Festivl  de  Cannes et un habitué des prix. Passé par la Quinzaine en 2011 avec Play, et Un Certain Regard en 2008 (Happy Sweden) et en 2014 avec Snow Therapy,  le cinéaste nordique s'est vu, à deux reprises, récompensé par les  jurys. Touchant   à tout il est aussi scénariste, monteur, directeur de la photographie, producteur .

 

La  critique : Avec   une mise en scène d'une virtuosité sans égale cette année en compétition, le long-métrage se moque allègrement de l'art. ...Il nous offre des séquences tordantes, grinçantes, choquantes, inattendues mais lourde de sens. ( Ecran  Large )

 

Le court métrage: ASCENSION de Thomas Bourdis , Martin de Coudenhove , Caroline Domergue , Florian Vecchione , Colin Laubry  France, 2013, Animation,  - 06'50 –

 

Synopsis : Au début du vingtième siècle, deux alpinistes montent la statue d'une Sainte Vierge en haut d'une montagne 


Vendredi  1er décembre et mardi  5 à 20h30:
MISE A MORT DU CERF SACRE   Drame, fantastique de Yórgos Lánthimos

Grèce , Grande Bretagne      2h 01min .

Prix du scénario à Cannes 2017

Steven, brillant chirurgien, est marié à Anna, ophtalmologue respectée. Ils vivent heureux avec leurs deux enfants Kim, 14 ans et Bob, 12 ans. Depuis quelques temps, Steven a pris sous son aile Martin, un jeune garçon qui a perdu son père. Mais ce dernier s’immisce progressivement au sein de la famille et devient de plus en plus menaçant, jusqu’à conduire Steven à un impensable sacrifice.

Le réalisateur : Yorgos Lanthi­mos ,scéna­riste et réali­sa­teur grec, est né en 1973 à Athènes. En 2009 il réalise Canine ( Prix Un Certain regard au Festi­val de Cannes);  en 2011,  Alps Prix du Scéna­rio lors de la Mostra de Venise) et en 2015, son très déjanté , The Lobs­ter , (Prix du Jury au Festi­val de Cannes  et  programmé  par  Chlorofilm.  

La critique : Entre humour noir, observation implacable et transgression, le réalisateur grec de “The Lobster” signe un thriller chirurgical virtuose et dérangeant  Télérama

Avec Nicole Kidman ( Prix du 70ème Festival de Cannes ), Colin Farrell (comédien irlandais premier rôle de The Lobster )  , Barry Keoghan .

 

Le  court métrage : UN TAS D’ENNUIS  (A HEAP OF TROUBLE) de Steve Sullivan

Attention certaines images peuvent choquer le jeune public

Grande-Bretagne, 2000, Fiction, Couleur,  - 04'00 -

Synopsis : Un vent de folie flotte sur une petite ville du Pays de Galles. Sept hommes paradent, nus et en chantant, puis un huitième, puis un neuvième. La chanson agit comme un sort et convie les habitants à ce défilé inhabituel.

 

Lundi 4 décembre 20h30 :

VOYAGE A TOKYO De Yasujirô Ozu

Drame Japon 1953 2h16.

Un couple de personnes âgées rend visite à leurs enfants à Tokyo. D'abord reçus avec les égards qui leur sont dûs, ils deviennent bientôt dérangeants dans leur vie quotidienne....

Le réalisateur : Yasujirô Ozu est né à Tokyo en 1903. Adolescent, il se passionne pour le cinéma américain. En 1927, il met en scène son premier film, Le Sabre de pénitence. Ses réalisations muettes dénotent l'influence du cinéma américain et européen. Au milieu des années 1930, il devient l’un des réalisateurs les plus célèbres du Japon, aussi talentueux dans la comédie que le drame en passant par le film noir. Il s’attache à traiter de la vie familiale japonaise, témoin des bouleversements sociaux de l’époque. Ozu a beaucoup de mal à accepter les innovations techniques. Il n'a adhéré au parlant qu'en 1936, et il a longtemps  la couleur à la  fin  des  années  50 . En 1937, il est mobilisé  pendant vingt mois en Chine. A la fin des années 1950, il tourne Fleurs d'équinoxe. son premier film en couleurs, et prend finalement un tel plaisir à réaliser ce film qu'il décide de tourner ses cinq derniers films en couleur dont son dernier: Le Goût du saké(1962). Il meurt à Tokyo en 1963 .

C'est à travers l'évolution des parents et des enfants que Voyage à Tokyo, considéré par la critique comme son meilleur, décrit la façon dont le système familial japonais commence à se désintégrer.

L’œuvre d'Ozu reste inconnue en France jusqu'en 1978, soit quinze ans après sa mort. En 1978, trois films sortent sur les écrans français : Voyage à Tokyo, Le Goût du saké et Fin d'automne.    Gosses de Tokyo sort en 1980.

La critique : La modernité d'Ozu (ou sa nipponité?) réside dans sa délicatesse de style, un mélange de douceur et d’acuité qui respecte chaque personnage dans toutes ses raisons.( Les Inrockuptibles )

 

Le  court métrage :PAS DANS LA NEIGE de Makiko Sukikara

Également conseillé aux jeunes enfants (moins de 6 ans)

Japon, 2010, Animation, .- 06'00 -

 

Synopsis : C'est l'hiver, il fait nuit et la neige forme un beau tapis blanc. Un petit loir sort de l'hibernation et découvre des traces de pas pas plus grandes que les siennes. Il décide de les suivre.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



06/10/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 221 autres membres