Les films de mai 2016

 

Vendredi  29  avril 18h   et  mardi 3 mai 20h30 :
MERCI PATRON    de  François  Ruffin ; 2015 ; France .

 

C'est le film d'une jolie farce dont le dindon n'est autre que le patron du groupe de luxe LVMH, Bernard Arnault. Aux manettes de la manigance, Serge et Jocelyne Klur, "des pions" parmi tant d'autres, comme ils se définissent eux-mêmes, licenciés en 2007 de l'usine Ecce de Poix-du-Nord, propriété du milliardaire français. L'usine, délocalisée dans les pays de l'Est.

Endossant un rôle quelque part entre Pierre Carles et Michael Moore, le journaliste François Ruffin décide de mener une ambitieuse "mission de réconciliation" entre les Klur et Bernard Arnault.....

 

La critique   : François Ruffin  signe le chef-d’œuvre du genre. L’histoire semble simplette, elle va rapidement donner le vertige.    Le Monde              

Merci patron ! est une fête de l’esprit en même temps que le triomphe de la fraternité sur l’argent roi.  Le Nouvel Observateur 

Une petite bombe d'engagement, de civisme, de malice, mais aussi, plus inattendu, de personnalité cinématographique. Pas seulement « merci » : un « bravo ! » admiratif, reconnaissant, ému.    VSD         

Une comédie efficace qui, au-delà de son aspect farcesque, traite des conséquences réelles de la désindustrialisation du Nord. L'Humanité 
Un film intelligent, joyeux et efficace, qui donne la pêche !  Charlie Hebdo           

Bricolé, désinvolte, tourné dans une forme d’émulation et d’urgence politiques, "Merci patron !" se distingue du défaitisme et de l’impuissance ambiants pour faire du cinéma le moteur d’une lutte locale prête à essaimer.  Cahiers du Cinéma                             

 


Lundi  2  mai 20h30, avec  Cinéphare , un  film  du  patrimoine:
THE ROSE   de Mark Rydell
Avec  Bette Midler, Alan Bates, Frederic Forrest
   
 2h14 min - Année de production : 1979
  1969. Mary Rose Foster - The Rose (Bette Midler) est une rock star adulée mais épuisée par les tournées sans fin, les nuits sans  sommeil, l'alcool et la drogue. Contre l'avis de son manager (Alan Bates), elle compte prendre une année sabbatique après un dernier concert qui doit la ramener triomphante dans sa ville natale de Floride. 
La  critique  :  Cette pépite à la réputation sulfureuse exhumée du tréfonds des seventies est un  portrait décadent et grandiose à la genèse mouvementée, puisqu’il s’agit à l’origine pour Rydell de tourner un biopic à peine déguisé de Janis Joplin, engloutie par une overdose en 1970.

C’est tout le prodige de ce film que d’avoir transformé Bette Midler – une chanteuse de cabaret, qui avait déjà porté l’artifice à un degré hilarant et exaltant de sophistication – en une pauvre chose qui braille le blues pour rester en vie. Thomas  Sotinel  LE  MONDE

 

Vendredi 6 mai  18het mardi 10 mai 20h30:

 LES OGRES   de Léa Fehner  France 2016    2h 24min

Ils vont de ville en ville, un chapiteau sur le dos, leur spectacle en bandoulière. Dans nos vies ils apportent le rêve et le désordre. Ce sont des ogres, des géants, ils en ont mangé du théâtre et des kilomètres. Mais l’arrivée imminente d’un bébé et le retour d’une ancienne amante vont raviver des blessures que l’on croyait oubliées….que la fête commence !

La réalisatrice : Après des études de cinéma à Nantes, Léa Fehner intègre en 2002 le département Scénario de la Fémis, dont elle sort diplômée avec les félicitations du jury. Son projet de fin d'étude est le scénario de « Qu'un seul tienne et les autres suivront », qu’elle réalise en 2008 ( Prix Louis-Delluc du premier film). Léa Fehner a « grandi sous les chapiteaux » et, pour son 2ème long métrage , « les Ogres » elle s’inspire de sa propre vie ; on retrouve d’ailleurs sa sœur, son père et sa mère à l’écran.

 

La critique :     «  Une réalisation bluffante, des comédiens superbes et une belle ode à la liberté. » Femme actuelle

 

« Léa Fehner raconte à merveille cet univers de saltimbanques, leur appétit de vivre plus fort, leurs égos écrasants et leur générosité. »   Ouest France

 

Les interprètes :   Qui sont ces ogres ? La troupe itinérante Davaï, portant, de ville en ville un spectacle à la croisée du théâtre, du cirque, entre le Théâtre du Soleil d’Ariane Mnouchkine et le Grand Magic Circus de Jérôme Savary. Cette caravane est celle, réelle, de la famille Fehner  dont les membres (François Fehner, Marion Bouvarel, Inès Fehner) jouent ici leurs propres rôles en compagnie d’acteurs venus d’ailleurs : Adèle Haenel , Marc Barbé, Lola Dueñas .

 

Lundi 8 mai à 20h30 :

programme de courts  métrages  européens

 

 

Vendredi 13 mai 18h et mardi 17 à 20h30 :

 ROYAL ORCHESTRA   de  – Heddy Honigmann

      Doculentaire,  Pays-Bas, Finlande, Suéde, Australie
      Durée : 1h34 min - Année de production : 2015
         

Pour célébrer son 125e anniversaire, le prestigieux Orchestre Royal du Concertgebouw d’Amsterdam part en tournée à travers le  monde. Heddy Honigmann suit les virtuoses à Buenos Aires, Soweto  et Saint-Pétersbourg. Elle nous fait partager leur quotidien loin de leurs familles et leur communion avec le public ; elle part également à la rencontre des auditeurs et spectateurs, réunis par la même passion pour la musique.

 

La  critique (  extraits ):  "La réalisatrice, Heddy Honigmann, se soucie de l'ensemble comme des individus et de l'orchestre comme des spectateurs, déployant un film tout en humour, en puissance et en humanité dont les parties s'assemblent  comme les pièces d'une même horloge." Sud Ouest
 "Ce sont surtout les moments entre les représentations du prestigieux Concertgebouw d'Amsterdam que la réalisatrice saisit avec talent (...)." Télérama
"Heddy Jansons parvient à capter avec un même bonheur la  concentration d'un soliste comme l'extase d'un     spectateur."  Paris Match

"Un documentaire poignant." La Voix du Nord
  " Captivant quand les membres dissèquent leur travail..."  Studio Cine Live
     

 

Lundi 16 mai 20h30 :

SUITE ARMORICAINE   de Pascale Breton;  France 2016 (2 h 28 mn) 

 

Deux personnages qui n’ont a priori rien à voir ensemble fréquentent l’université de Rennes. Françoise, la petite cinquantaine et professeure d’histoire de l’art, a fui Paris qu’elle ne supportait plus pour venir retrouver ses racines en Bretagne. Elle fut elle-même étudiante dans cette université, époque durant laquelle elle avait noué des amitiés désormais figées sur une vieille photo en noir et blanc qu’elle transporte avec elle. Ion, quant à lui, est un jeune étudiant en géographie de 19 ans : prétendument orphelin, il tombe rapidement amoureux d’une jeune aveugle qui étudie avec lui……. 

 

La réalisatrice : Née à Morlaix  en  1960, Pascale Breton étudie la géographie et l’aménagement du territoire à Rennes  et  Paris . Elle vient au cinéma par le Super 8, la cinéphilie et l’écriture. D’abord scénariste, elle collabore notamment avec Catherine Corsini. Après Les Filles du 12, un court métrage qui avait très bien marché, le sublime coup d’essai que fût Illumination  en 2004 n’avait pas eu de suite, hors mis un moyen métrage Château rose en 2013. Il faut pourtant reconnaître à la réalisatrice d’avoir su imposer dans cette « Suite Armoricaine » une vraie singularité de ton dans sa manière de dépeindre, entre doutes et décalage, les tourments existentiels d’un jeune Breton. 

 

Les acteurs : Valérie Dréville, Kaou Langoët, Elina Löwensohn 

 

La critique : « La cinéaste accompagne avec ferveur ce mouvement d'avancée inscrit dans le titre. Elle accueille la fragilité des personnages, qui ont tous perdu et pas encore retrouvé leurs repères, pour mieux les entraîner vers un territoire à défricher, à déchiffrer, dont ils prennent peu à peu la belle mesure : leur vie. »…  Télérama. …« Ce jeu du débordement romanesque avec un propos strict n'est pas le moindre mérite de "Suite armoricaine". »… Positif 

 

Vendredi 20 mai 18h  et mardi 24 à 20h30 

MANDARINES

Drame  de Zaza Urushadze   ;  Estonien, Géorgien ;   2013 ; 1h27 .

 

Meilleur film estonien au festival du film  de Tallinn Mandarines,   représente  la Géorgie aux Oscars 2015.

 

En 1990, la guerre fait rage en Abkhazie. Un village ne compte comme seuls habitants qu’un vieil homme, Ivo, et un producteur de mandarines, Markus, qui refuse de quitter sa plantation. Tous les deux sont  d’origine estonienne .  Le conflit est  imminent  mais Ivo décide de venir en aide à Akhmed, un Caucasien blessé.   Markus, à son tour, découvre un Géorgien laissé pour mort sur le champ de bataille. Il l’emmène lui aussi chez Ivo. Deux combattants de camps opposés se retrouvent alors sous le même toit…

 

La  critique : Une histoire émouvante qui combat la guerre, le rejet de l’autre et la haine sous toutes ses formes, à proposer d’urgence à tous les publics.  (aVoir-aLire.com )

 

Cette leçon de tolérance pousse jusqu'au bout la symbolique des frères ennemis qui finiront par s'aimer sous le regard bienveillant du vieux sage... Le film est sauvé de la convention par ses interprètes et par son côté western caucasien.  (Télérama )

 

Mandarines, fable humaniste sur la bêtise des hommes dans des paysages d’une beauté biblique, s’épluche doucement, mais laisse un goût tenace. ( Le Nouvel Observateur )

 

Lundi 23 mai 20h30 :

François Maspero, les chemins de la liberté

Soirée  exceptionnelle consacrée à  François  Maspéro  , décédé en avril 2015.

François Maspéro était venu  le 12 janvier  2010,   à La Bobine, nous  présenter , avec  Caroline  Troin deux films de Chris Marker  ( Les mots ont un sens et A bientôt j'espère ) .

 

Six ans après , Caroline  Troin , cinéphile, amie  de  François Maspero,  présentera François Maspero, les chemins de la liberté et  animera  l'échange après la projection .

François Maspéro  est un écrivain engagé dans le siècle refusant  d’être un spectateur du monde. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, des femmes et des hommes ont espéré changer le monde, François Maspero en fut.  C’est dans sa famille qu’il a appris très tôt le sens du mot Résistance. Cette exigence a façonné sa conduite d’homme libre défendant la liberté  de parole, la liberté d’exister de celles et ceux que l’oppression voulait réduire au silence. Les combats de l’éditeur d’hier coulent dans   les mots de l’écrivain d’aujourd’hui. Il est devenu ce « voyageur étonné » pour qui tous les murs et toutes les frontières doivent être traversés.

Ce film portrait de François Maspero nous invite à marcher avec lui sur les chemins des paysages humains et de la liberté.

 

 

Vendredi 27 mai 18h ; lundi 30  et mardi 31 mai 20h30:

SUNSET SONG 

Drame  de  Terence  Davies ,  adapté du roman de Lewis Grassic Gibson

Britannique ; 2h12 ;  VOSF . 2015.

Début  du 20ème  siècle dans la campagne écossaise . Après la mort de leur mère épuisée par les grossesses successives, les quatre enfants Guthrie sont séparés. Les deux plus jeunes partent vivre avec leurs oncle et tante tandis que leur sœur, Chris, et leur frère aîné, Will, restent auprès de leur père, John, un homme autoritaire et violent. Les relations de plus en plus houleuses entre père et fils conduisent Will à embarquer pour l’Argentine. Chris se retrouve dans l’obligation de renoncer à son rêve de devenir institutrice …..

 

La  critique : On  constate  la grande cohérence de la filmographie de Davies, qui, entre ses premiers films et ses adaptations très soignées, ne cesse d'amplifier un même geste de cinéma….  Le cinéma d'un grand et subtil styliste.   (Culturopoing.com)

Au-delà d'un air patriotique, c'est pour toutes les victimes de notre trop humaine folie que se lève l'élégie.   ( Studio Ciné Live )

Terence Davies fait rimer romanesque et classique avec bonheur.   (Positif )

L’interprétation : Agyness Deyn  (Chris Guthrie ) ; Peter Mullan ( John Guthrie ) ; Kevin Guthrie

 



03/04/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 224 autres membres