Les films de décembe 2013

 

Vendredi  29 novembre 18h; lundi 2 décembre  et mardi 3 à 20h30:

JE N'DEMANDE PAS LA LUNE, JUSTE QUELQUES ETOILES  de Robert Coudray 

Fred est un ancien ingénieur dégringolé dans la galère des rues. Un jour, le regard d’une petite fille le réveille dans sa dignité d’homme et de père déchu. Il va quitter ses compagnons de squat et retrouver en Bretagne une vieille maison héritée de son grand-père. Mais la maison n’est qu’un tas d’éboulis au bord d’une carrière.

Nouveau Robinson, Fred va reconstruire sa maison …

la  critique :

Depuis sa  sortie en octobre, le  bouche  à  oreille  a  bien  fonctionné, et  le  public de la région réserve  à  Je n'demande pas la lune  ...un succès  grandissant ...

 Robert Coudray est un réalisateur libre et sensible qui, définitivement, a "quelque chose à dire". Et c’est la moindre des choses que de l’écouter.  Critikat.com

Signé par un inventeur fantasque, sorte de facteur Cheval, “J'demande pas la Lune...” est un film à la fois atypique et d'un classicisme un peu daté. Une curiosité. Les Fiches du Cinéma

Un film beau et fort malgré ses nombreuses maladresses. Le Monde 

 

Vendredi 6 décembre  18h ; lundi 9  et mardi 10décembre 20h30:

INSIDE LLEWYN DAVIS des  Frères  Cohen

Récit d' une semaine de la vie d'un jeune chanteur de folk dans l'univers musical de Greenwich Village en 1961.
Llewyn Davis est à la croisée des chemins. Alors qu'un hiver rigoureux sévit sur New York, le jeune homme, sa guitare à la main, lutte pour gagner sa vie comme musicien . Il ne survit que grâce à l'aide que lui apportent des amis ou des inconnus, en acceptant n'importe quel petit boulot. Des cafés du Village à un club désert de Chicago, ses mésaventures le conduisent jusqu'à une audition pour le géant de la musique Bud Grossman...
 

La  critique Narration parfaite, interprétation à l'unisson et mise en scène d'une grande élégance : ce nouveau film des frères Coen, empreint de mélancolie désabusée, jette un juste regard sur la musique des sixties.  Les Fiches du Cinéma

Un film brillant aux dialogues policés, à la gloire des délaissés de l'histoire de l'art, un film qui statufie à jamais Llewyn Davis, tout à côté du personnage de Charlot, parmi les plus magnifiques perdant du cinéma.  Les Inrockuptibles

Comme dans chaque film des frères Coen, tout est travaillé dans les moindres détails, sans que l’effort d’une telle élaboration ne se perçoive jamais. L'Humanité

 

Vendredi 13 décembre 8h  et mardi 17 à 20h30:

 OMAR  de
Omar vit en Cisjordanie. Habitué à déjouer les balles des soldats, il franchit quotidiennement le mur qui le sépare de Nadia, la fille de ses rêves et de ses deux amis d'enfance, Tarek et Amjad. Les trois garçons ont décidé de créer leur propre cellule de résistance ...
La critique:
Thriller palestinien, au scénario implacable, interprété par des acteurs impressionnants ... La Croix
Film d’une force émotionnelle sans pareille . On a rarement aussi bien vu en action la solidarité ici en jeu . Pour une fois, les Palestiniens ne se limitent pas à une façade militante aseptisée. Ils sont faits de chair et de sang, de désirs et de contradictions. Grâce en soit rendue au cinéaste.L'Humanité
Un film palestinien engagé mais pas manichéen, qui sait jouer des complexités et ambiguïtés des hommes et de la politique.La critique complète est disponible sur le site Les Inrockuptibles
 
Lundi 16 décembre 20h30:
 LES JOURS HEUREUX  de  Gilles  Perret . Séance  unique  en présence  de  Stéphane  Frérot , monteur  du  film.
Quand l'utopie des Résistants devint réalité...
Entre mai 1943 et mars 1944, sur le territoire français encore occupé, seize hommes appartenant à tous les partis politiques, tous les syndicats et tous les mouvements de résistance vont changer durablement le visage de la France. Ils vont rédiger le programme du Conseil National de la Résistance intitulé magnifiquement : « Les jours heureux ».
Ce programme est encore au cœur du système social français puisqu’il a donné naissance à la sécurité sociale, aux retraites par répartition, aux comités d’entreprises, etc.
La critique:
Un documentaire essentiel qui revient en détail sur l’histoire du CNR, grâce à de nombreux témoignages d’anciens résistants, tout en ouvrant des perspectives sur le présent et même le futur. Passionnant.    aVoir-aLire.com
Palpitant, émouvant, militant, “Les Jours heureux” secoue le spectateur et revigore le citoyen. Les Fiches du Cinéma
 
Samedi 21  décembre  à 18h  , Chlorofilm  et La  Bobine  fêtent  le Jour  le plus  court en programmant 5 courts métrages  :  Entrée  gratuite

-

-

-

-

-

 



25/11/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 241 autres membres