Les films de septembre 2014

Chlorofilm  démarre  sa  23ème saison le
lundi 1er  septembre 2014  et mardi 2  à 20h30 
avec Jimmy's Hall de Ken Loach.
 

1932 - Après un exil de 10 ans aux États-Unis, Jimmy Gralton rentre au pays pour aider sa mère à s'occuper de la ferme familiale. L’Irlande  qu'il retrouve, une dizaine d'années après la guerre civile. Tous les espoirs sont permis… Il décide de rouvrir le "Hall", un foyer ouvert à tous où l'on se retrouve pour danser, étudier, ou discuter.  Mais les idées progressistes   de Jimmy ne sont toujours pas du goût de tout le monde au village.…

 

La  critique : Un pur Ken Loach, droit dans ses bottes engagées et plein d’humour et de chaleur humaine. Le  Dauphiné   

 Jimmy's Hall ne cède pas un pouce sur le terrain des idées tout en faisant une place inattendue à des sentiments et des sensations - la nostalgie, le plaisir, le découragement - plutôt inhabituels dans l'univers de Ken Loach... Beau, libre et courageux ...

 

Lundi 8  septembre et Mardi 9 à  20h ( en raison  de la durée  du film : 3h15)

WINTER SLEEP  de

Aydin, comédien à la retraite, tient un petit hôtel en Anatolie centrale avec sa jeune épouse Nihal, dont il s’est éloigné sentimentalement, et sa sœur Necla qui souffre encore de son récent divorce. En hiver, à mesure que la neige recouvre la steppe, l’hôtel devient leur refuge mais aussi le théâtre de leurs déchirements...

La  critique:  Winter Sleep s'affirme comme une œuvre profonde et grave, d'une intense beauté, servie par l'interprétation exceptionnelle de comédiens impressionnants de justesse et de retenue. La Croix 

L'ambition du projet, la sûreté de la manière, la beauté saisissante des paysages de Cappadoce (...), la justesse du regard, voilà toutes les raisons de céder trois heures d'été à l'hiver.  Le Monde

 

 

Vendredi 12  septembre 18h , lundi 15 et mardi 16 à 20h30

PARTY GIRL  de , ,

Angélique a soixante ans. Elle aime encore la fête, elle aime encore les hommes. La nuit, pour gagner sa vie, elle les fait boire dans un cabaret à la frontière allemande. Avec le temps, les clients se font plus rares. Mais Michel, son habitué, est toujours amoureux d’elle....

La  critique : Le premier long-métrage des Français Marie Amachoukeli, Claire Burger et Samuel Theis a emballé la Quinzaine des Réalisateurs et la Semaine de la Critique.  Coup de cœur assuré. Le  Nouvel Obs .

Le film vibre d'une intensité féroce au coeur de chaque scène et
traite de «grands» thèmes, sans pour autant s'égarer en chemin. Une
réussite majeure du jeune cinéma français, justement récompensée par le prix de la Caméra d'or.Positif

 

Vendredi 19 septembre à 18h et  Lundi 22 à 20h30:

LE PROCES DE VIVIANE AMSALEM :
Drame  de Shlomi Elkabetz, Ronit Elkabetz.
 1H55.

Viviane Amsalem demande le divorce depuis trois ans, et son mari, Elisha, le lui refuse.
Or en Israël, seuls les Rabbins peuvent prononcer un mariage et sa dissolution, qui n'est elle-même possible qu’avec le plein consentement du mari...... 

La  critique :  En un captivant huis clos, Ronit et Shlomi Elkabetz achèvent avec Le Procès de Viviane Amsalem, leur trilogie sur la place de la femme dans la société israélienne et  parviennent à filmer jusqu'aux états d'âme. Les Elkabetz ont gagné leur procès. Marianne  …..

Un grand film sur la condition féminine. La condition humaine, en général. Télérama….

 

Mardi 23  septembre à 20h30  (  séance unique en  avant première)

TIMBUKTU    de  

Ce  film  est programmé  en partenariat avec la ville de Quimperlé et l'association Quimperlé-Nara

Non loin de Tombouctou tombée sous le joug des extrémistes religieux, Kidane  mène une vie simple et paisible dans les dunes, entouré de sa femme Satima, sa fille Toya et de Issan, son petit berger âgé de 12 ans.
En ville, les habitants subissent, impuissants, le régime de terreur des djihadistes qui ont pris en otage leur foi. Fini la musique et les rires, les cigarettes et même le football… Les femmes sont devenues des ombres qui tentent de résister avec dignité. Des tribunaux improvisés rendent chaque jour leurs sentences absurdes et tragiques.
Kidane et les siens semblent un temps épargnés par le chaos de Tombouctou....

Abderrahmane Sissako, réalisateur entouré de Leila et Mehdi, réfugiés du Nord du Mali et comédiens.

 

Vendredi 26 septembre  à 18h ;  Lundi 29 et Mardi 30 à 20h30

LES COMBATTANTS :   film français réalisé par Thomas Cailley,  Présenté dans la sélection de la Quinzaine des réalisateurs au festival de Cannes 2014, il remporte quatre prix, ...

Entre ses potes et l’entreprise familiale, l’été d'Arnaud s’annonce tranquille… Tranquille jusqu'à sa rencontre avec Madeleine, aussi belle que cassante, bloc de muscles tendus et de prophéties catastrophiques....C’est une histoire d’amour. Ou une histoire de survie. Ou les deux...

 

La  critique : De la musique au rythme du moindre plan, tout a été pensé avec soin. le film a l'élégance de dissimuler tout ce travail dans une fraîcheur revigorante. Sans oublier le charme fou des interprètes, Kévin Azaïs et la toujours juste Adèle Haenel dans un rôle à sa vraie mesure. Le meilleur premier long-métrage français vu depuis longtemps. Positif

Portée à même la peau par Adèle Haenel, cette comédie bien troussée est une totale réussite. Les Fiches du Cinéma

Réalisé avec soin, plébiscité au dernier Festival de Cannes, le premier long-métrage de Thomas Cailley, issu de la Femis, ne ressemble à rien de connu.  TéléCinéObs

 

 


11/08/2014
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 241 autres membres