la vie de Chlorofilm

la vie de Chlorofilm

Les films de juin 2021

Jeudi 3 juin 18h45, vendredi 4 juin 16h45  et dimanche 6 juin 16h30 :
BALLOON
de Pema Tseden      2020   Chine/Tibet  1h 42min / Drame

Au cœur des étendues tibétaines, Drolkar et son mari élèvent des brebis, tout en veillant sur leurs trois fils. En réaction à la politique de l’enfant unique imposée par Pékin, elle s’initie en secret à la contraception, pratique taboue dans cette communauté traditionnelle. La maigre réserve de préservatifs qu’elle se procure au compte-gouttes devient alors son bien le plus précieux. Le jour où elle surprend ses enfants en train de jouer dehors avec les « ballons » volés sous son oreiller, Drolkar sait aussitôt qu’elle va devoir tout affronter : les reproches des aînés, le poids de la tradition, le regard des hommes. Et une naissance à venir

La  Critique Ce film délicat s’attache aux déchirements de Drolkar, une mère Tibétaine qui, si elle enfantait à nouveau, enfreindrait la loi chinoise, mais se soumettrait aux règles de la tradition religieuse.  La Croix

Visuellement éblouissante, cette fable féministe non dénuée d’humour [...] est ancrée dans la tradition tibétaine comme dans les paradoxes de la Chine contemporaine [...]. Positif  

 

Lundi  7  juin 18h30  ( séance unique ) :
MICHEL-ANGE   
Russe / Italien ; 2h09 ; 2020
Michel Ange à travers les moments d’angoisse et d’extase de son génie créatif, tandis que deux familles nobles rivales se disputent sa loyauté.

La  critique :  Andreï Konchalovsky, le grand cinéaste russe, réalise, à plus de 80 ans, un chef-d’œuvre de vitalité et de véracité, portant le cinéma au rang d’art sacré.   L'Humanité

On peut sans danger avancer l’hypothèse que ce portrait magistral de Michel-Ange est aussi, à la manière du Balzac de Rodin, un magistral autoportrait.  Positif .

Dans une langue tout aussi complexe que dépouillée, Andrey Konchalovsky décrit les tourments d’un immense artiste partagé entre sa passion pour Dante, la création, le besoin d’argent et les contingents politiques. Proprement envoutant.  Voir-aLire.com

 

Semaine du 9/06

Jeudi 10 juin  20h30 et  dimanche 13 juin 17h30 :

THE FATHER   de Floriant Zeller

Etat Unis, France, 2021, 1h 38 min, VOST.Oscar 2021 du meilleur acteur pour Antony Hopkins

THE FATHER raconte la trajectoire intérieure d’un homme de 81 ans, Anthony, dont la réalité se brise peu à peu sous nos yeux. Mais c’est aussi l’histoire d’Anne, sa fille, qui tente de l’accompagner dans un labyrinthe de questions sans réponses.

La  critique : Refusant le naturalisme, Florian Zeller utilise les techniques du cinéma pour illustrer ce chaos mental et le faire ressentir au spectateur et envelopper son huis clos d’une angoisse presque polanskienne. Terrible et déchirant.  

A travers le portrait d'un homme vieillissant, Florian Zeller réalise un film d'horreur psychologique angoissant. Le film a reçu l'oscar du meilleur scénario adapté ainsi que celui du meilleur interprète. L'un complète l'autre, tant Anthony Hopkins offre à ce texte un levier puissant. Les Echos

 

Vendredi  11 JUIN 18h et  lundi 14 juin  20h30 :

FALLING   drame  de Viggo MortensenGrande Bretagne, 2020, 1h 53min, VOST

John vit en Californie avec son compagnon Eric et leur fille adoptive Mónica, loin de la vie rurale conservatrice qu’il a quittée. Son père, Willis, un homme obstiné issu d’une époque révolue, vit désormais seul dans la ferme isolée où a grandi John. L’esprit de Willis déclinant, John l’emmène avec lui  dans l’espoir que sa soeur Sarah et lui pourront trouver au vieil homme un foyer plus proche de chez eux.....

La  Critique : L’acteur Viggo Mortensen passe pour la première fois derrière la caméra et signe un film sensible et poignant sur l’incommunicabilité des sentiments entre père et fils. La Croix

C’est bien observé, bien écrit, filmé avec retenue et même parfois avec grâce. On retrouve sans effort la sensibilité de l’acteur chez le réalisateur débutant mais maître de ses effets.  Positif

 

Semaine du 16/06

Jeudi 17 juin 20h30 :

SLALOM   Drame de Charlène Chavier, France, 2021, 1h 32min.

Sélectionné à Cannes en 2020, le premier long métrage de la réalisatrice Charlène Favier.

Lyz, 15 ans, vient d'intégrer une prestigieuse section ski-études du lycée de Bourg-Saint-Maurice. Fred, ex-champion et désormais entraîneur, décide de tout miser sur sa nouvelle recrue. Galvanisée par son soutien, Lyz s'investit à corps perdu, physiquement et émotionnellement.
La  critique Sélectionné à Cannes en 2020, le premier long métrage de la réalisatrice Charlène Favier, à la sortie deux fois reportée, arrive enfin dans les salles. Il déploie avec finesse un récit d’emprise du point de vue de la victime. L'Humanité
Un premier film intense et maîtrisé, qui décrit avec finesse les mécanismes de l’emprise pour mieux en faire ressentir toute la complexité. La Croix   
Ce film coup de poing illustre de façon crue certaines affaires récentes de harcèlement sexuel dans le sport de haut niveau. Jérémie Renier et, surtout, la révélation Noée Abita y sont extraordinaires d'intensité. Télé Loisirs
 
Dimanche  20 juin 17h30 :
LE DISCOURS   
Comédie de Laurent Tirard ;  2020 •
 Sélection Officielle Cannes 2020 
Sélection Officielle de l'Alpe d'Huez 2021

Adrien est coincé. Coincé à un dîner de famille , maman ressert le sempiternel gigot et Sophie, sa soeur, écoute son futur mari comme s’il était Einstein. Alors Adrien attend que Sonia réponde à son sms, et mette fin à la « pause » qu’elle lui fait subir depuis un mois. Mais elle ne répond pas. Et pour couronner le tout, voilà que Ludo, son futur beau-frère, lui demande de faire un discours au mariage…
La Critique : .". Le Discours" est court, rythmé, inventif, percutant de tendresse, comique, émouvant et déborde de petites ou grandes vérité..." Le quotidien ducinéma.com
 
Vendredi 18 juin  18h  et  lundi 21 juin 20h30 :
SI LE VENT TOMBE  drame de Nora MartirosyanFrance, Belgique, Arménie, 2020, 1h 40min, VOST
Auditeur international, Alain débarque dans une petite république auto-proclamée du Caucase afin d’expertiser la possibilité d’ouverture de son aéroport. Au contact des habitants du Haut-Karabagh et d’un mystérieux enfant, Alain s’ouvre à un monde nouveau et risque le tout pour le tout.
La critique :

Le premier long métrage très réussi de Nora Martirosyan ausculte, dans un climat tendu et mélancolique, les prémices de l’explosion de violence au Haut-Karabakh en 2020.Libération

Avec Si le vent tombe, sélection officielle du Festival de Cannes 2020 et de l’Acid, la réalisatrice venue d’Arménie, parvient à rendre vie à un bout de territoire du Caucase, dans un aéroport d’où ne décolle aucun avion.    L'Humanité

semaine du 23/06

Jeudi 24 juin  20h30  et dimanche 27  à 17h30 :

DES HOMMES  drame , historique  de Lucas Belvaux / 1h 41min Ils ont été appelés en Algérie au moment des "événements" en 1960. Deux ans plus tard, Bernard, Rabut, Février et d'autres sont rentrés en France. Ils se sont tus, ils ont vécu leurs vies. Mais parfois il suffit de presque rien, d'une journée d'anniversaire, d'un cadeau qui tient dans la poche, pour que quarante ans après, le passé fasse irruption dans la vie de ceux qui ont cru pouvoir le nier.La  Critique : Lucas Belvaux reste dans son cinéma de l'humanité. Et ça marche toujours aussi bien.Ouest France . Lucas Belvaux prend à bras-le-corps l’héritage moral et historique de la guerre d’Algérie, se débattant avec un récit parcellaire et douloureux. Car c’est bien un fascinant récit du corps que filme d’abord le réalisateur belge. Transfuge L’image de Belvaux est si juste, si nette, qu’elle ne distingue pas le passé du présent, tous deux comme enlisés dans un bourbier. Le Nouvel Observateur  

Vendredi 25 juin  18h  et  lundi 28 à  20h30 :

200 METRES   

AventureDrame  de Ameen NAYFEH. 1h37 ; 2021.

Mustafa d’un côté, Salwa et les enfants de l’autre, une famille vit séparée de chaque côté du Mur israélien à seulement 200 mètres de distance. Ils résistent au quotidien avec toute la ruse et la tendresse nécessaires pour « vivre » comme tout le monde, quand un incident grave vient bouleverser cet équilibre éphémère. Pour retrouver son fils blessé de l’autre côté, le père se lance dans une odyssée à travers les checkpoints, passager d’un minibus clandestin où les destins de chacun se heurtent aux entraves les plus absurdes.

La  Critique :

Semaine du 30/06

Jeudi  1er juillet  20h30   et dimanche 4 juillet 17h30 :

NOMADLAND  drame de Chloé Zhao / 1h 48min /

Après l’effondrement économique de la cité ouvrière du Nevada où elle vivait, Fern décide de prendre la route à bord de son van aménagé et d’adopter une vie de nomade des temps modernes, en rupture avec les standards de la société actuelle. De vrais nomades incarnent les camarades et mentors de Fern et l’accompagnent dans sa découverte des vastes étendues de l’Ouest américain.

La  Critique :

Vendredi  2 juillet 18h  et  lundi 5 à  20h30 :

LE PERE DE NAFI

Drame  de Mamadou Dia ; 1h47; 2021. 

Dans une petite ville du Sénégal, deux frères s’opposent à propos du mariage de leurs enfants. Deux visions du monde s’affrontent, l’une modérée, l’autre radicale. Les jeunes Nafi et Tokara rêvent, eux, de partir étudier à Dakar, la capitale, et de vivre avec leur époque. A la manière d’une tragédie, et alors que s’impose la menace extrémiste, les amoureux doivent trouver un chemin pour s’émanciper des conflits des adultes.

La  Critique :



03/06/2021
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 234 autres membres