Les films de décembre 2015

Vendredi  décembre 18h   lundi 7 à 20h30  : LE BOUTON DE NACRE  de  Patricio Guzman ; 1h22;  Français, Chilien ,  Espagnol .

Le bouton de nacre est une histoire sur l’eau, le Cosmos et nous. Elle part de deux mystérieux boutons découverts au fond de l’Océan Pacifique, près des côtes chiliennes aux paysages surnaturels de volcans, de montagnes et de glaciers. A travers leur histoire, nous entendons la parole des indigènes de Patagonie, celle des premiers navigateurs anglais et celle des prisonniers politiques....

La  critique :  Patricio Guzman filme avec brio l'histoire de son pays, dans toute sa violence et sa poésie.  Le  Monde .

Patricio Guzmán livre un nouvel objet cinématographique magnifiquement filmé et parfaitement maîtrisé, parvenant en un tour de force formel à mettre au jour l'histoire de son pays.   Les Fiches du Cinéma
 

Dimanche 6  décembre – 17h  : NORTE, LA FIN DE L’HISTOIRE  de Lav  Diaz

Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs

Joaquin, un homme à la vie simple, est injustement emprisonné pour meurtre alors que le véritable assassin se déplace en toute liberté. Il commence à trouver la vie en prison plus supportable lorsque que lui arrive quelque chose d’étrange et de mystérieux....

 La  critique :

Film fleuve, "Norte" impose son rythme grâce à sa mise en scène élégante et précise. Une relecture puissante de Dostoïevski.  aVoir-aLire.com

On ne peut que se réjouir de cette première sortie française d’un cinéaste aussi important et méconnu que le Philippin Lav Diaz (né en 1958), tant les films qu’il tourne depuis plus de vingt ans étaient réputés inexploitables. ...Le  Monde
 

 

Vendredi 11  décembre  – 18h  et  mardi 15 à 20h30 : EL CLUB  de  Pablo  Larain ; 1h37 ; Chlien

Dans une ville côtière du Chili, des prêtres marginalisés par l’Eglise vivent ensemble dans une maison. L’arrivée d’un nouveau pensionnaire va perturber le semblant d’équilibre qui y règne.....

 

 

Lundi 14 décembre  – 20h30 : L’IMAGE MANQUANTE  de  Rithy Panh.

 Depuis des années, je cherche une image qui manque. Une photographie prise entre 1975 et 1979 par les Khmers rouges, quand ils dirigeaient le Cambodge. A elle seule, bien sûr, une image ne prouve pas  le crime de masse ; mais elle donne à penser ; à méditer. A bâtir l’histoire. Je l’ai cherchée en vain dans les archives, dans les papiers, dans les campagnes de mon pays.....

La  critique :

Avec ce documentaire à la première personne, Rithy Panh signe une œuvre bouleversante, mêlant de façon infiniment délicate histoire et journal intime.  Les Fiches du Cinéma

"L’Image manquante" est l’incarnation magnifique de la sublime dignité des victimes de massacres qui ne réclament jamais vengeance, qui refusent radicalement d’utiliser les mêmes armes que leurs oppresseurs, qui demandent finalement peu de choses : que l’on écoute leur histoire, que l’on s’en souvienne, et que justice passe. Les Inrockuptibles

 

 

Vendredi 18  décembre  – 18h : c'est la Fête du court métrage ....

et  c'est  gratuit pour  tous !

Organisé par l’Agence du court métrage, Le Jour le plus Court   propose de mettre à l’honneur la création,  d'inciter la diffusion,  de créer du lien avec les spectateurs ....

 

Chlorofilm présente un programme de courts sélectionnés par Cinéphare et récompensés par le jury des "Passeurs de Courts" du Festival  Européen du Film Court de Brest.

Ce jury est  composé  d'exploitants , de programmateurs, bénévoles ou salariés des salles du réseau Cinéphare. Ce jury, au dernier festival en novembre  2015 ,  a remis son prix pour la dixième fois.

 

Voici le détail du programme  (  durée  totale 87mn )

 

CONTRACUERPO réalisé par Eduardo Chapero-Jackson en 2005 (Espagne) 17mn

 

PREMATUR de Gunhild Enger 2012 (Norvège) 17mn

 

SKALLAMANN de Maria Bock 2011  (Norvège) 12mn

 

STUFE DREI de Nathan Hill 2013 (Allemagne) 26mn

 

DISCIPLINE de Christophe M Saber 2014 (Suisse) 12mn

 

 

Lundi 21  décembre  et  Mardi 22 – 20h30 : MIA MADRE   de  Nanni  Moretti 

Synopsis :

Margherita est une réalisatrice en plein tournage d’un film dont le rôle  principal est tenu par un célèbre acteur américain. À ses questionnements d’artiste engagée, se mêlent des angoisses d’ordre privé  : sa mère est à l’hôpital, sa fille en pleine crise d’adolescence. Et
son frère, quant à lui, se montre comme toujours irréprochable… Margherita parviendra-t-elle à se sentir à la hauteur, dans son travail comme dans sa famille ?

La  critique :

Sans aucun doute le plus beau film de 2015.  Culturopoing.com

 

Avec "Mia Madre", Moretti nous parle de sa mère et dessine une mise en abyme éclatante d’autodérision pour évoquer son cinéma. Joli instantané de ses doutes de cinéaste, et de l’Italie d’aujourd’hui.  aVoir-aLire.com

 

Mia madre est un film dont l’émotion emporte tout sur son passage, de ceux qui laissent chancelant, en larmes, hanté.  Les  cahiers  du  cinéma

 

 

 



09/11/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 221 autres membres