Les films de décembre 2014 et début janvier 2015

 

 

Vendredi 28 novembre 18h   et mardi 2 décembre 20h30 :

NATIONAL GALLERY   de Frédéric  Wiseman

National Gallery s'immerge dans le musée londonien et propose un voyage au cœur de cette institution peuplée de chefs d'œuvre de la peinture occidentale du Moyen-âge au XIXe siècle. C’est le portrait d'un lieu, de son fonctionnement, de son rapport au monde, de ses agents, son public, et ses tableaux. Dans un perpétuel et vertigineux jeu de miroirs, le cinéma regarde la peinture, et la peinture regarde le cinéma.

La critique:   Dans National Gallery, non seulement Wiseman désarticule le réel plus que jamais, mais il l’entraîne irrésistiblement vers la fiction. Cela décuple notre intérêt et nous amène à regarder le cinéma de Wiseman sous un jour nouveau : comme un fascinant piège à fiction par-delà le réel, qui devient un pur cadre. Les Inrockuptibles

Au bout de trois heures, on a l'impression d'avoir élucidé quelques-uns des plus beaux mystères de l'art.  Le Nouvel Observateur

Deux heures cinquante-quatre de bonheur pour dire la vérité. On en reprendrait volontiers une louche ou deux. L'Obs

 

Lundi 1er  décembre 20h30 ( tarif unique 4,40€ ou Pass 7€ pour le pass Festival Passeurs  de Lumière):

OF MEN AND WAR ; Des HOMMES  et  de la Guerre     en présence de Laurent Bécue-Renard , réalisateur. 

Ils auraient pu s’appeler Ulysse, ils s’appellent Justin, Kacy, Brooks, Trevor ou Steve. Ils auraient pu revenir de Troie, ils reviennent d’Irak ou d’Afghanistan. Pourtant, pour eux aussi, le retour au pays est une longue et douloureuse errance. Partis combattre sous le drapeau américain, les douze guerriers de "Of Men and War (Des hommes et de la guerre)" sont rentrés du front sains et saufs, mais l’esprit en morceaux, consumés de colère, hantés par les réminiscences du champ de bataille....
La  critique : Sobre et bouleversant, ce film dit la nécessité vitale de la parole, mais aussi de l'urgence à entendre. En creux, il est question de notre responsabilité à tous : rester sourd aux cris de ces soldats cassés, c'est accepter de vivre à côté de grenades dégoupillées. Télérama

Evidemment, le titre place le documentaire sous la bonne étoile de Steinbeck : comme lui, il mêle avec brio la tendresse et la torture, dépeignant la communauté des laissés-pour-compte comme une armée de grands gaillards sanglotant, grosses bêtes réduites à serrer leur doudou. Il s’avère même, insidieusement, assez guérisseur.- Les Inrocks

 

Vendredi 5 décembre 18h; lundi 8 et mardi 9 décembre à 20h30:

FELICIDAD  de Daniel  Burman

Santiago et Eugenio sont amis de longue date mais aussi associés dans le travail. Ils se comprennent sans se parler, se complètent et ne se quittent pratiquement jamais. Des parties de tennis au rendez vous d’affaires, ils sont inséparables et aucun n’a de secret pour l’autre. C’est du moins ce que pensait Santiago avant la  mystérieuse disparition de son associé....

La  critique: Le réalisateur du "Fils d'Elias" (...) est désormais une valeur sûre du cinéma argentin. Il propose pour son neuvième long-métrage une plaisante fable satirique sur l'usure de l'amitié et de l'amour. Positif

Daniel Burman réalise une comédie mise en scène avec minutie... La comédie est portée par des acteurs impeccables. Sud  Ouest

 

Vendredi  12  décembre 18h ; lundi 15  et mardi 16 à 20h30:

LILTING  ou  la  délicatesse  de   Britannique; 1h26.

 Londres. Dans une maison de retraite, Junn, une mère sino-cambodgienne pleure la disparition de son fils, Kai. Son deuil est dérangé par l’arrivée soudaine de Richard. Elle ne sait pas ou ne veut pas savoir qu’il a été le compagnon de Kai. Ils ne parlent pas la même langue mais, aidés d’une interprète, vont essayer de communiquer dans le souvenir de celui qu’ils ont aimé.

La  critique: Un long-métrage superbe dont la présence magnétique des acteurs ne fait que renforcer la grâce et la sensibilité.La critique complète est disponible sur le site aVoir-aLire.com

En apparence froid et retiré, le regard de Hong Khaou parvient à saisir une humanité touchante aux beaux accents de sincérité.  Critikat.com

Le sous-titre français (...) dit bien les qualités de ce joli film, sensible et feutré, qui parle de transmission, d'intégration, de la place des aïeuls et du dialogue entre les générations. Un long-métrage superbe dont la présence magnétique des acteurs ne fait que renforcer la grâce et la sensibilité.La critique complète est disponible sur le site aVoir-aLire.com

Le sous-titre français (...) dit bien les qualités de ce joli film, sensible et feutré, qui parle de transmission, d'intégration, de la place des aïeuls et du dialogue entre les générations. TéléCinéObs

 

Vendredi 19 décembre à 18h  ( entrée  gratuite ):

Le Jour le plus Court – Fête du court métrage, 4e édition. 

 Le Plongeon du homard De Jenny Teng 2014 • Fiction • 27:40 min

Tamo arrivé depuis peu à Paris fait la plonge dans un restaurant, loin de son rêve : devenir chef cuisinier. La fille qu’il aime va bientôt quitter la capitale sans qu’il ait pu lui révéler ses sentiments. Se présente à lui une occasion inespérée : préparer un repas pour une proposition en mariage…

   Journée d'appel De Basile Doganis         2014 • Fiction • 21:26 min

Une bande de jeunes de la Cité des Pyramides (Evry) passent leur journée d’appel à la caserne de Versailles. L’un deux, Chris, arrive trop tard à la caserne, mais Momo, son compagnon d’infortune, le persuade de passer la journée au Château de Versailles.   

  On s'y met  De Benjamin Busnel 2013 • Fiction • 16:00 min 

Le 6 mai 2012. Pendant que la France élit son Président, Sabine et Thomas se prennent la tête. Résultats à 20h.

 

 Mort d'une ombre De Tom Van Avermeat      2012 • Fiction • 20:00 min

Nathan est mort. Son ombre est prisonnière d’un étrange collectionneur qui lui a donné une seconde chance : sa vie contre 10000 ombres capturées. C’est l’amour qui le guide, car son but est de revoir la femme dont il est tombé amoureux. Nathan a déjà capturé 9999 ombres...

 La Femme de Rio De Emma Luchini, Nicolas Rey 2013  Fiction • 20:9 min

Gabriel, alcoolique abstinent depuis trois mois, s’enferme chez lui et refuse de mettre un pied dehors. Jusqu’à ce qu’Audrey, une jeune fille à la recherche de son téléphone portable, réussisse à forcer Alcatraz... Ils font connaissance, s’entendent comme une évidence mais, aussi incapables l’un que l’autre d’entreprendre quoi que ce soit de sérieux, ils décident de vivre toute leur histoire d’amour en une seule nuit.


Vendredi 2 janvier 2015 à 18h ; lundi 5 et mardi 6 janvier 20h30:

 MR TURNER  de Mike Leigh

Britannique ; 2h30 ; 2014 .

Avec   Timothy Spall Prix d'interprétation masculine Festival de Cannes 2014.

Les  23 dernières années de l’existence du peintre britannique, J.M.W Turner (1775-1851). Artiste reconnu, il vit entouré de son père qui est aussi son assistant, et de sa gouvernante. Il fréquente l’aristocratie, visite les bordels et nourrit son inspiration par ses nombreux voyages. La renommée dont il jouit ne lui épargne  ni les railleries du public  ni  les sarcasmes de l’establishment. A la mort de son père, Turner s’isole. Sa vie change quand il rencontre Mrs Booth, propriétaire d’une pension de famille en bord de mer….

Le  réalisateur  né  en 1943, petit-fils d'un peintre  juif russe, Mike Leigh s’est  forgé sa réputation de poil à gratter de la société britannique et s’est imposé comme un des plus brillants peintres de l'Angleterre contemporaine, un maître  de la satire sociale . Depuis 1971 il  a  réalisé 19 films  dont   Bleak Moments, Léopard d'Or à Locarno 1971 pour ce portrait d'une femme en quête du bonheur ;   High Hopes (1988), satire sociale sur l'Angleterre thatchérienne, primée à Venise ;  Naked ( 1993 ) le Prix de la Mise en scène,  et  Prix d'interprétation  à Cannes ; Secrets et mensonges (1996) Palme d'Or et un double Prix d'interprétation ; Vera Drake,  (2004 ) Lion d'or à Venise ;  Be Happy    Prix d'interprétation à Berlin en 2008;    Another Year  ( 2010) ;   Mr.  Turner ( 2014)

La  critique : Dès le premier plan, le film est à l’image de l’œuvre de William Turner : d’une beauté lumineuse. Visuellement, tout dans cette magistrale fresque respire l’esthétique du maître : la splendeur des paysages, la luminosité crépusculaire, l’architecture minutieuse des panoramas. France 24  

Côté photographique  Mike Leigh propose  des plans tous droits sortis d’une toile de maître . Toutlecine.com

 

Vendredi 9 janvier 2015 à 18h :

CHARLIE’S COUNTRY  de Rolf de Heer ; 1h40 ; Australie.

Alors que le gouvernement amplifie son emprise sur le mode de vie traditionnel de sa communauté, Charlie, ancien guerrier aborigène, se joue des policiers. Perdu entre deux cultures, il décide de retourner vivre dans le bush à la manière des anciens…

La troisième partie d’une trilogie pleine d’humour et d’émotion autour du comédien aborigène David Gulpilil, prix du meilleur acteur à Un Certain Regard  Cannes 2014 .

 



18/11/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 221 autres membres