Les films de Janvier 2014

 Jeudi 2 janvier  à 14h30 - Vendredi 3 à 18h 

 Lundi 6 et Mardi 7 à 20h30

HENRI de  Yolande  Moreau.  1h47 ; 2013.

Henri, la cinquantaine, d’origine italienne, tient avec sa femme Rita un petit restaurant près de Charleroi, "La Cantina".  Les clients partis, Henri tue le  temps avec  ses copains  en partageant leur passion commune, les pigeons voyageurs. Rita meurt subitement, laissant Henri désemparé. Leur fille Laetitia propose alors à Henri de se faire aider au restaurant par un "papillon blanc", comme on appelle les résidents d’un foyer d’handicapés mentaux proche de "La Cantina". Rosette est de ceux-là...

 La  critique : Neuf ans après Quand la mer monte, la comédienne et réalisatrice redonne corps à son univers singulier.  Ici, la poésie est reine, et les sensibilités, toujours à vif.TéléCinéObs…..

Yolande Moreau, que l’on sait excellente actrice dans les films des autres, révèle avec ce deuxième film qu’elle n’est pas non plus un demi-sel de Prisu quand elle se glisse au volant de la réalisation.  Henri est un film de toute bonté. Libération

Yolande Moreau retrouve le charme des "petits riens" de l'existence (...) La chronique est ténue, les notations humoristiques ou mélancoliques bien venus, avec quelques envolées discrètement lyriques. Positif …

 

 

 Vendredi 10 à 18h et Lundi 13 à 20h30 

 VIOLETTE de Martin Provost

Violette Leduc, née bâtarde au début du siècle dernier, rencontre Simone de Beauvoir dans les années d’après-guerre à St-Germain-des-Prés. Commence une relation intense entre les deux femmes qui va durer toute leur vie, relation basée sur la quête de la liberté par l’écriture pour Violette et la conviction pour Simone d’avoir entre les mains le destin d’un écrivain hors norme.

La  Critique :  Une œuvre au moins aussi forte que Séraphine, voire plus, car ici, contre une Yolande Moreau seule, il faut compter sur le poids de deux actrices hors pair, Emmanuelle Devos et Sandrine Kiberlain,  qui méritent toutes deux une nomination aux César.  aVoir-aLire.com

Ce sont deux monstres littéraires qu'on observe, rigoureusement opposés, liés, cependant, par la certitude du talent de l'autre. Entre Emmanuelle Devos et Sandrine Kiberlain les rencontres deviennent des moments fascinants dans leur épure même. Télérama

 

Mardi 14  janvier 2014 à 20h30

Le festival TAOL KURUN et CHLOROFILM présentent

LES BAGNARDS DU CANAL DE NANTES A BREST

Docu-fiction réalisé par Pierre MATHIOTE d'après les deux ouvrages de Jean Kergrist : "Les bagnards du canal de Nantes à Brest".52 mn

Entre 1822 et 1832, des centaines de bagnards perceront pendant 9 ans, une tranchée longue de 3,2 kilomètres, large de 100 mètres, et profonde de 23 mètres, permettant la jonction des deux versants de l'Aulne et du Blavet. Ce docu-fiction permettra « d'exhumer » une histoire bretonne incroyable et inconnue du grand public.

Jean Kergrist est un comédien, metteur en scène et écrivain  qui a débuté son itinéraire artistique à Lyon, aux côtés de Roger Planchon et de Marcel Maréchal. En 1975 il y crée le Théâtre national portatif qui mettra à son programme une bonne quinzaine de spectacles de clown, du Clown atomique (1975) au Clown chomdu (1993), en passant par les Clowns agricole, informatique, Docteur Chef, Cocogéma, Perd la boule etc., qui se sont baladés un peu partout en Europe.

Pierre Mathiote est un écrivain français. Il est romancier, scénariste et auteur dramatique. Pierre Mathiote a débuté sa carrière d'auteur en écrivant des nouvelles dont  Il a remporté le concours mondial en 1991.  Il a écrit plusieurs dramatiques pour Radio France,

Séance et débat à l’issue de la projection en présence de Jean KERGRIST qui présentera également un  de  ses  derniers  court métrage et une chanson consacrée  à la  révolte  des Bonnets  rouges .

 

 Vendredi 17 à 18h et Lundi 20 à 20h30

SUZANNE de  Anne  Quillévéré

Fille-mère à l'adolescence, Suzanne vit avec son père routier et sa sœur dont elle est inséparable. Sa vie bascule lorsqu'elle tombe amoureuse de Julien, petit malfrat qui l'entraine dans sa dérive. S'ensuit la cavale, la prison, l'amour fou qu'elle poursuit jusqu'à tout abandonner derrière elle...

La  Critique : Un film follement, superbement personnel. Marianne .

Le souffle de ce film lumineux emporte tout, au point que sa noirceur s'en trouve comme nettoyée. C'est aussi cela, le miracle du cinéma. Le Nouvel Observateur

 Un film émouvant et attachant.  Le Monde

Mardi 21 à 20h30 en présence du  réalisateur

2 AUTOMNES 3 HIVERS  de Sébastien Betbeder

A 33 ans, Arman a décidé de changer de vie. Pour commencer, il court. C’est un bon début. Amélie poursuit la sienne (de vie) et court, elle aussi. La première rencontre est un choc. La seconde sera un coup de couteau en plein cœur.

La  critique Ce conte des deux saisons effectue la jonction entre le style de la nouvelle vague française et la comédie indépendante américaine pour un résultat savoureux, entre rires et émotion à fleur de peau. aVoir-aLire.com 

Comme l'amour qui, rendant hypersensible, provoque tour à tour euphorie et mélancolie, ce film maîtrisé, révélant un auteur à suivre, inscrit l'inquiétude dans la joie, s'avère successivement drôle et poignant. Donc irrésistible. Télérama

 

Vendredi 24 janvier 18h ; lundi 27 janvier et mardi 28 à 20h30

 THE LUNCHBOX  de Ritesh Batra

 The Lunchbox est un film dramatique indo-franco-allemand écrit et réalisé par Ritesh Batra sorti en 2013. Il raconte l'histoire d'une jeune femme et d'un homme vieillissant qu'une erreur de livraison d'un coffret-repas met en contact....

La  critique :Situé loin de Bollywood, dans les classes moyennes de Bombay, "The Lunchbox" ravive en demi-teinte les jeux de contrastes d’une modernité à grande vitesse quand elle cohabite encore avec les anciennes manières de vivre. L'Humanité

La mise en scène ficelée par Ritesh Batra et la présence retenue d’Irrfan Khan dépassent le cadre, offrent une réflexion sur les classes moyennes indiennes prises dans le chamboulement moderne, effleurent les sentiments avec justesse. Libération

Le réalisateur a donné [à ses personnages] une belle profondeur d'âme. (...) En mêlant humour et nostalgie, réflexion sociale et sentimentale, Ritesh Batra prône un retour à l'essentiel. Positif .

 

Vendredi 31 janvier 18h; lundi 3 février et mardi 4 à 20h30 : 

LE DEMENTELEMENT   de



07/12/2013
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 241 autres membres