la vie de Chlorofilm

la vie de Chlorofilm

Les films de novembre 2019

Rédaction en  cours .... patience !

Semaine du 30/10

Vendredi 1er novembre  18h et mardi 5 novembre 20h30 :

ATLANTIQUE

Drame de Mati Diop 

France, Sénégal, Belgique ; 1h45 ; 2019

Grand Prix à Cannes 2019

Dans une banlieue populaire de Dakar, les ouvriers d’un chantier, sans salaire depuis des mois, décident de quitter le pays par l’océan pour un avenir meilleur. Parmi eux se trouve Souleiman, qui laisse derrière lui celle qu'il aime, Ada, promise à un autre homme. Quelques jours après le départ en mer des garçons, un incendie dévaste la fête de mariage d’Ada et de mystérieuses fièvres s'emparent des filles du quartier. Issa, jeune policier, débute une enquête, loin de se douter que les esprits des noyés sont revenus. Si certains viennent réclamer vengeance, Souleiman, lui, est revenu faire ses adieux à Ada.

Mati Diop, née en 1982, est la fille d'une mère française et du musicien sénégalais Wasis Diop, ainsi que la nièce du cinéaste Djibril Diop Mambety. Elle grandit à Paris et, très influencée par le travail cinématographique de son oncle, décide de s'orienter vers une carrière au cinéma.

Atlantique est un prolongement du premier court métrage de Mati Diop, Atlantiques, tourné à Dakar en 2009. On y suit Serigne, un jeune homme qui raconte à ses amis sa traversée en mer. "C’est l’époque « Barcelone ou la Mort » où des milliers de jeunes quittent les côtes sénégalaises pour un avenir meilleur en tentant de rejoindre l’Espagne" raconte la réalisatrice.

Les critiques : Mati Diop livre un premier long métrage surprenant, qui confirme les immenses promesses placées en elle (les fiches du cinéma)

Un conte éblouissant (Télérama)

Lundi 4 novembre 20h30 :

PAPICHA

Drame de Mounia Meddour 1h 45min VOST

Algérie, France, Belgique, Qatar

Festival de Cannes 2019 section Un Certain Regard

Valois de la Meilleure actrice et du scénario au Festival du Film Francophone d'Angoulême

Alger, années 90 : Nedjma, 18 ans, étudiante, rêve de devenir styliste. A la nuit tombée, elle se faufile avec ses

meilleures amies pour rejoindre la boîte de nuit où elle vend ses créations aux " papichas " : jolies jeunes filles algéroises.

La situation politique et sociale du pays ne cesse de se dégrader. Refusant cette fatalité, Nedjma décide de se battre

pour sa liberté en organisant un défilé de mode, bravant ainsi tous les interdits…

La réalisatrice : Après des études de journalisme à la faculté d’Alger, Mounia Meddour se forme au cinéma à Paris à La

Fémis ; elle réalise plusieurs documentaires comme « Particules élémentaires » ou  « Cinéma algérien un nouveau

souffle » sur les jeunes réalisateurs de sa génération qui ont vécu la décennie noire : conflit qui a opposé le

gouvernement algérien à divers groupes islamistes armés à partir de 1991.

Les interprètes : Dans le rôle de Nedjma : Lyna Khoudri  ( son père était journaliste et sa famille a dû fuir l’Algérie dans

les années 90 ) et  Shirine Boutella , Amira Hilda Douaouda .

La critique : Un cri de rage contre l’obscurantisme, des images chocs portées par de jeunes actrices bouleversantes..

.un message fort qui prouve que les femmes algériennes ne s’avouent pas vaincues. Le Bleu du miroir

 

Jeudi 7 novembre 20h30

LA MISERICORDE DE LA JUNGLE

Drame/Guerre  de Joël Karekezi

Belgique, France, Rwanda, Allemagne 1h32 2019

1998, région du Kivu, à la frontière entre le Congo et le Rwanda. Alors que la deuxième guerre du Congo fait rage, le sergent Xavier, héros de guerre rwandais, et le jeune soldat Faustin, paysan des hauts-plateaux orphelin de guerre, perdent la trace de leur bataillon, encerclés par les rebelles qui envahissent le pays en progressant vers l'ouest. Ils se retrouvent alors isolés et sans ressources pour faire face à la jungle la plus vaste, la plus dense, et la plus hostile du continent. Eprouvés par la faim, la soif et la maladie, ils devront faire face à leurs propres tourments, et à ceux d’un territoire ravagé par la violence.

Joël Karekezi est né en 1985 au Rwanda, à Gisenyi, une ville au bord du lac Kivu proche de la frontière avec la République Démocratique du Congo. Lorsque le génocide a débuté, il avait huit ans et a vu les rues jonchées de cadavres. Depuis les événements traversés par sa famille et son peuple, Joël Karekezi est hanté par les questions liées au génocide et à la guerre. Son expérience lui fait haïr la violence. En tant que survivant, il a décidé de devenir un avocat de la paix et veux, pour cela, raconter son histoire et transmettre celles qui lui ont été contées.

Le film a été tourné au Rwanda et en Ouganda (Montagnes des Virunga), en des régions au paysage voisin à ceux du lieu évoqué de l'action.

Les critiques : Un cinéma qui sait filmer la forêt - par-delà son message pacifiste limpide - a des choses à nous faire entendre (Libération)

En guerrier abattu, rattrapé par sa propre humanité, l’acteur belge Marc Zinga est bouleversant (Télérama)

 

Vendredi 8 novembre 18h , dimanche 10 novembre  17h30 et  lundi 11 à  20h30 :

SORRY WE MISSED YOU

Drame de Ken Loach

BritanniqueBelgeFrançais ; 1h40 ; 2019 .

En compétition à Cannes mai 2019

Ricky, Abby et leurs deux enfants vivent à Newcastle. Leur famille est soudée .

Abby travaille pour des personnes âgées  à domicile, Ricky enchaîne les jobs mal payés ; ils réalisent que jamais ils ne pourront devenir indépendants ni   propriétaires de leur maison. Une réelle opportunité semble leur être offerte par la révolution numérique . Mais les dérives  de ce nouveau monde moderne auront des répercussions majeures sur toute la famille…

Le réalisateur :

En bientôt 60 ans de carrière, Ken Loach c’est une dizaine de séries télévisées pour autant de documentaires, 26 longs-métrages et toujours autant de succès. Ken Loach qui se définit comme réalisateur, filme les personnages de son cinéma à hauteur d’yeux humains en ayant en tête la crédibilité de ses acteurs. " Choisir un acteur , c'est trouver quelqu'un qui a certaines caractéristiques du personnage. La peau de quelqu'un de la classe ouvrière est différente de la peau de quelqu'un de la classe dirigeante, la façon de manger est différente, la façon de vous tenir, la texture de vos mains. Toutes ces choses le film peut le voir alors il faut trouver quelqu'un qui puisse incarner l'histoire."

Rappelons quelques  titres programmés par Chlorofilm  ou La Bobine  : KES ;  FAMILY LIFE  ; LADY BIRD ; MY NAME  IS JOE  . THE NAVIGATORS ; SWEET SIXTEEN  ; LAND  AND  FREEDOM  ;  CARLA SONG .  LE  VENT  SE LEVE ; FREE WORLD ;  LA PART  DES ANGES ;   JIMMY'S HALL;  DANIEL   BLAKE

La critique :Le cinéaste britannique s’attaque aux ravages de l’ubérisation et filme avec une poésie désespérée le paradis familal en voie de désintégration. A 83 ans, l’irréductible Ken Loach est toujours du côté des travailleurs réprouvés…. (Télérama )Les critiques du Masque  et la Plume : https://www.franceinter.fr/cinema/sorry-we-missed-you-le-masque-et-la-plume-fascine-par-le-visionnaire-ken-loach

Jeudi 14 novembre 20h30et dimanche 17 novembre 17h30:

LA FAMEUSE INVASION DES OURS EN SICILE

Animation de Lorenzo Mattotti

Italien, Français, 2019 1h22 min

Tout commence le jour où Tonio, le fils du roi des ours, est enlevé par des chasseurs dans les montagnes de Sicile… Profitant de la rigueur d’un hiver qui menace son peuple de famine, le roi décide alors d’envahir la plaine où habitent les hommes. Avec l’aide de son armée et d’un magicien, il réussit à vaincre et finit par retrouver Tonio. Mais il comprend vite que le peuple des ours n’est pas fait pour vivre au pays des hommes...

Création graphique des personnages, Réalisateur, Chef décorateure : Après avoir terminé ses études d'architecture, Lorenzo Mattotti  se consacre à la bande dessinée dont il est aujourd'hui un des plus grands représentants à l’échelle internationale. Ses livres sont traduits dans le monde entier. Il a illustré également des livres pour enfants, de Pinocchio à Eugenio (Grand Prix de Bratislava). Il est aussi renommé comme auteur de nombreuses affiches, couvertures et campagnes publicitaires, on lui doit notamment les affiches du Festival de Cannes 2000 et de l’Été romain. Mattotti a aussi travaillé dans le domaine de la mode, réinterprétant pour la revue Vanity les modèles des plus grands couturiers. De nombreuses expositions personnelles lui ont été consacrées en Italie, en France, au Pays-Bas et aux USA entre autres. En 2004 il a travaillé sur le film EROS de Wong Kar-Wai, Soderbergh et Antonioni, en créant les liens entre les trois épisodes. En 2007, il réalise l’un des six segments du film d’animation PEUR(S) DU NOIR. En 2012, il conçoit l’univers visuel du long métrage d’animation PINOCCHIO réalisé par Enzo D’Alò ( 2013)

La critique : « Il s’agit d’un grand film populaire, capable d'embarquer tous les publics dans son univers magique. » 20 MINUTES « Fable écologique qui confronte la candeur animale à la corruption politique, ce film à tiroirs puise ses charmes à de multiples sources, des légendes méditerranéennes à la Renaissance italienne, en passant par la commedia dell’arte et Paul Grimault. » Télérama

 

Vendredi 15 novembre  18h et lundi 18 novembre 20h30:

POUR SAMA

documentaire  de Waad al -Kateab - Edward Watt

2019;  1h35

Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs
Waad al-Kateab est une jeune femme syrienne qui vit à Alep lorsque la guerre éclate en 2011. Sous les bombardements, la vie continue. Elle filme au quotidien les pertes, les espoirs et la solidarité du peuple d’Alep. Waad et son mari médecin sont déchirés entre partir et protéger leur fille Sama ou résister pour la liberté de leur pays.
La critique : 

Une expérience de cinéma exceptionnelle, qui plonge le spectateur au cœur même du massacre d’Alep. On saisit la puissance de la dictature de Bachar El Assad et l’horreur de l’exil contraint par la guerre. Pour Sama est une œuvre bouleversante et indispensable, au moment où un nouveau drame s’annonce au nord de la Syrie.   aVoir-aLire.com

Le vertige que procure le film tient à cette sensation de percevoir la ville s’effondrer mur par mur autour de nous, qui accompagnons ce couple de vaincus magnifiques. Mais il repose aussi sur la foi stupéfiante dont est investi l’acte même de filmer, quelles que soient les circonstances.  POSITIF 
 
Jeudi  21 novembre  20h30 et dimanche 25 à 17h30
J'ACCUSE
Grande Bretagne, Pologne, France 2019 2h 12min
Grand prix du jury à la Mostra de Venise
Pendant 12 années, à la fin du XIXème siècle, l’Affaire Dreyfus déchira la France. Dans cet immense scandale se mêlent erreur judiciaire, déni de justice et antisémitisme. L’affaire est racontée du point de vue du Colonel Picquart qui va découvrir que les preuves contre le Capitaine Dreyfus avaient été fabriquées. A partir de cet instant et au péril de sa carrière puis de sa vie, il n’aura de cesse d’identifier les vrais coupables..
Le réalisateur : Né à Paris en 1933, Roman Polanski a passé son enfance en Pologne. Echappé du ghetto de Cracovie, il perd sa mère dans les camps et ne reverra son père qu'après la guerre. Ce traumatisme marquera toute son œuvre. Après Le Bal des Vampires il réalise en 1968 Rosemary’s Baby, qui devient un film culte , enchaîne avec Chinatown, Tess, Le Pianiste.( Palme d’or) , Oliver Twist, puis The Ghost Writer qui lui vaut un César du Meilleur réalisateur, récompense qu'il remporte de nouveau en 2014 grâce à La Vénus à la fourrure
Les interprètes : Un parterre d’actrices et d’acteurs célèbres : Jean Dujardin (le Colonel Picquart), Louis Garrel(: Alfred Dreyfus) , Emmanuelle Seigner , Melvil Poupaud , Mathieu Amalric , Vincent Perez , Michel Vuillermoz  ,Denis Podalydès ..
La critique :Ce film est d'une rigueur absolue. La figure de Picquart, interprétée par un Jean Dujardin à la fois sobre et audacieux, est passionnante dès les premières scènes. Le récit, rondement mené, laisse le spectateur le cœur battant Les Inrockuptibles
 
Vendredi 22 novembre 18h et lundi  25 novembre 20h30:
 LE TRAITRE 
Biopic, drame de Marco Bellocchio
Italien, Français, Allemand, Brésilien, 2019 2 h 31 min, VOST
Au début des années 1980, la guerre entre les parrains de la mafia sicilienne est à son comble. Tommaso Buscetta, membre de Cosa Nostra, fuit son pays pour se cacher au Brésil. Pendant ce temps, en Italie, les règlements de comptes s'enchaînent, et les proches de Buscetta sont assassinés les uns après les autres. Arrêté par la police brésilienne puis extradé, Buscetta, prend une décision qui va changer l'histoire de la mafia : rencontrer le juge Falcone et trahir le serment fait à Cosa Nostra.
Le réalisateur (et scénariste) : Rompant avec le néo-réalisme, ses oeuvres engagées dénoncent ouvertement les symboles du conformisme italien : après le film culte les Poings dans les poches (1966), manifeste d'une jeunesse en révolte, il dénonce la religion dans Au nom du père (1971) ou l'armée dans La Marche triomphale (1976). Avec Michel Piccoli et Anouk Aimée, il remporte à Cannes deux prix d'interprétation pour Le Saut dans le vide (1980). Il réalise aussi bien des films subversifs, à l'image du Diable au corps qui fait scandale à Cannes en 1986, que des adaptations littéraires comme La Nourrice (1990) d'après Pirandello. Marco Bellocchio dérange à nouveau le Vatican avec Le Sourire de ma mère, sélectionné à Cannes en 2002. Il sera le premier à évoquer l'activisme des brigades rouges dans Buongiorno, notte, présenté à la Mostra en 2004 et salué par la critique internationale.
La critique : « Période fascinante et méconnue de l'histoire de la Mafia sicilienne, fresque monumentale impressionnante, indéniable chef-d'œuvre »
 
Jeudi 28 novembre 20h30:
SAMOUNI ROAD 
film  de  stephano  Savona
France Italie ; 2018 ;  2h09
- Oeil d'or  à Cannes 2018 ,
- 1er prix  aux " Lumières de la presse étrangère 2019"  en février 2019 )
- et 4 nomminations à  "la Quinzaine  des Réalisateurs " à Cannes 2018 .
Dans la périphérie rurale de la ville de Gaza, la famille Samouni s’apprête à célébrer un mariage. C'est la première fête depuis la dernière guerre. Amal, Fouad, leurs frères et leurs cousins ont perdu leurs parents, leurs maisons et leurs oliviers. Le quartier où ils habitent est en reconstruction. Ils replantent des arbres et labourent les champs, mais une tâche plus difficile encore incombe à ces jeunes survivants : reconstruire leur propre mémoire.
Au fil de leurs souvenirs, Samouni Road dresse un portrait de cette famille avant, pendant et après l’événement qui a changé leur vie à jamais.
La Critique :  Un témoignage saisissant et nécessaire qui dénonce, à travers le destin tragique d’une famille de la bande de Gaza, les blessures à jamais inconsolables, laissées par le conflit entre Israël et la Palestine, grâce à l’alternance subtile d’images de reconstitution de guerre, d’images d’animation et d’images documentaires. aVoir-aLire.com
Un documentaire, implacable et subtil, sur la résilience.   Bande à part
Le dispositif gagne en profondeur pour acquérir une vraie qualité mémorielle et dédoubler le présent du film en un avant et un après-drame, selon la logique de la réminiscence . Cahiers  du Cinéma


22/10/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 234 autres membres