Les films de mai 2012

Vendredi 27  avril 18h ; lundi 30 avril  et  mardi 1er mai à 20h30:   OSLO, 31 AOUT

 

C’est le dernier jour de l’été et Anders, en fin de cure de désintoxication, se rend en ville le temps d’une journée pour un entretien d’embauche.  L’occasion d’un bilan sur les opportunités manquées, les rêves de jeunesse envolés, et, peut-être, l’espoir d’un nouveau départ…

 

La  critique :   "Oslo, 31 août" impose son évidence : une oeuvre forte, en mouvement, vivante.  Le Nouvel Observateur

 
Les mots chatoient plus qu'ils n'imposent des idées toutes prêtes sur le sens de la vie. Cela achève de sortir le film du solo suicidaire posé sur rails. On vogue plutôt dans une belle dérive. Un voyage sans autre bagage que le talent de Trier à éviter l'apitoiement facile et le portrait noir monochrome. Les Inrockuptibles
 
 Voilà un film qui, au lieu de nous divertir aimablement comme tant d'autres, semble nous demander pourquoi on vit, nous rappeler pourquoi on meurt. D'une beauté foudroyante, d'une lucidité perçante, "Oslo, 31 août" est une perle rare.  Télérama
 
Vendredi 4  mai 18h; lundi 7  et  mardi 8 mai 20h30
APPART  TOGETHER   de  Wang Quan'an
 
 
Liu , soldat nationaliste,  a fui en 1949 à Taïwan en laissant derrière lui sa femme enceinte. 50 ans après il veut la retrouver à Shanghaï, où elle a refait sa vie...
 
La critique: cinéaste délicat, attentif aux méandres intérieurs de ses personnages, Wang Quan'An signe un film subtil, apte à faire ressentir ce qui affleure à peine... Un récit prenant, marqué par le poids du passé de la chine, entre cocasserie et gravité... Grâce à deux vieux comédiens étonnants, et à une belle utilisation des décors naturels de Shanghaï, où le passé disparaît peu à peu, métaphore du destin des personnages...
 

Vendredi 11 mai , 18h ;  lundi 14 et mardi 15 à 20h30 :  POSSESSIONS  de  Eric  Guirado 

 

Marilyne et Bruno Caron arrivent dans un village de montagne pour emménager dans un chalet . Contents de quitter le nord de la France pour démarrer une nouvelle vie, ils acceptent sans sourciller quand Castang, le propriétaire ,  leur annonce qu’il va les loger momentanément dans un autre chalet de grand standing car le leur n’est pas terminé.  Les relations entre les deux familles vont se tendre. Leur amertume, alimentée par la jalousie, l’envie et la frustration, finira par devenir de la haine.

 

 

La  Critique : Il y a du Chabrol dans son approche sociologique et sociale du drame. On peut aussi voir du Haneke (...). Mais il y a surtout la manière de Guirado, qui opère sans esbroufe ni provocation, dans le déroulé des détails et des symboles qui conduiront au drame.  Ouest France

 

 Sobre, maîtrisé et remarquablement interprété (...), une fiction qui confirme le talent singulier d'Eric Guirado dans le paysage du cinéma français. Positif
 
 "Possessions" ressemble beaucoup à du Chabrol.  On sent, surtout, chez le jeune cinéaste le goût d'éviter le spectaculaire (les meurtres, par exemple) pour filer droit à l'essentiel. Télérama
 

Entre une Julie Depardieu et un Jérémie Rénier décidément très justes, l'ambiance tourne au drame tout en finesse.  Elle

 

 

Vendredi  18 mai 18 à 18h ; lundi 21  et  mardi  22 à 20h30  :

ALOIS NEBEL de Tomas Lunak

 

 

Film d'animation tourné avec de vrais acteurs et retravaillée, ce film est l'adaptation d'une BD tchèque de même nom. Aloïs Nebel est le chef de gare d'une petite station tchèque, qui vit avec les fantômes de son passé.  L'irruption d'un étranger l'obligera à affronter ses cauchemars et bouleversera sa vie. Dans une autre gare il croise celle qui lui donnera l'amour dont il a besoin pour sortir du brouillard de ses souvenirs.

 

La critique: La réussite du film est de célébrer la lutte sourde du personnage et sa lente ouverture au monde de manière silencieuse et feutrée. Tout est cinéma: le choix de l'animation, la force de l'intrigue, tout. .. Un heureux équilibre entre réalisme et abstraction... Un film hypnotique qui impressionne par la beauté des images...

 

 

Vendredi 25 mai 18h ,  lundi 28 et  mardi 29 mai 20h30 :

AUX YEUX DE TOUS de Cédric Jimenez

 

673 000 caméras de surveillance et des millions de webcams en France... Un hacker anonyme a piraté toutes les caméras de Paris et observe la ville à son insu. Moments d'intimité ou petits délits, il voit tout. Lorsqu'un attentat a lieu à la gare d'Ausgterlitz, la police se met sur la piste d'un groupuscule d'Al Qaida, mais lui, il a vu autre chose sur les caméras. Il décide de tarquer les coupables...

 

La critique: Une fiction magistrale diaboliquement orchestrée. Un thriller urbain méthodiquement construit et redoutablement scénarisé. Captivant, vertignieux, culotté, un thriller comme ça, ça ne court pas les rues....

 

Vendredi 1er  juin 18h; lundi 4 et mardi 5 juin 20h30  :

I WISH (NOS VOEUX SECRETS) de Hirokazu Kore-Eda

 

Sur une petite île japonaise, deux frères vivent séparés par le divorce de leurs parents, l'un chez les grands-parents avec Maman, l'autre avec Papa guitariste rock. Lorsqu'on apprend qu'un nouveau TGV relie les deux régions, les deux frères et quelques amis organisent clandestinement un voyage au point de croisement des trains, où, dit-on, un miracle pourrait se produire..

 

La critique:La caméra mobie de Kore Eda, sa façon de coller aux petites masketts colorées rappelle une version plus légère et apaisée de Nobody knows. I wish tranche sur une oeuvre centrée sur la mort. Si elle est présente par la menace d'irruption du volcan et rappelle ainsi les évenements de 2011, le film fait preuve d'un certaine optimisme. Kore Eda attrappe les rêves de chacun dans un bouleversant kaléidoscope loin de toute mièvrerie. Rarement l'enfance aura été perçue, captée et respectée avec autant de justesse.



26/04/2012
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 223 autres membres