Pamarès Festival du Court Clermond Ferrand février 2015

 

Palmarès du 37e Festival du court métrage de Clermont    

Ici  tout le Palmarès http://www.clermont-filmfest.com/index.php?m=128

" On ne peut que se féliciter du Grand Prix à Ton coeur au hasard, d'Aude-Léa Rapin et des deux prix à ses formidables acteurs. On vous a déjà dit tout le bien qu'on pensait du film ici. Côté compétition internationale, le jury a fait preuve d'une certaine audace en récompensant Hole, de Martin Edralin, émouvant portrait d'un quadra handicapé homo, qui a besoin de son aide soignant pour jouir dans un glory hole. Côté Labo, on retiendra l'émotion et les larmes de la réalisatrice allemande Susann Maria Hempel quand elle est venue récupérer son Vercingétorix (les trophées clermontois), et a expliqué qu'elle avait passé dans la cité arverne une semaine d'hédonisme inédit pour une protestante originaire d'un village « déprimant » de l'est de Allemagne. Le titre de son film (que nous n'avons pas vu) : Sieben Mal am Tag beklagen wir unser Los und nachts stehen wir auf, um nicht zu träumen (Sept fois par jour nous pleurons sur notre sort et nous nous levons la nuit pour ne pas rêver) était à l'image de cette cérémonie : interminable mais de toute beauté." Télérama

Compétition nationale

Grand Prix : Ton cœur au hasard, d'Aude-Léa Rapin

Prix spécial du jury et Prix du public : Guy Moquet, de Demis Herenger

Prix Adami d'interprétation féminine : Julie Chevallier, dans Ton cœur au hasard

Prix Adami d'interprétation masculine : Daniel Vannet, dans Perrault, La Fontaine, Mon Cul ! et dans Ich bin eine Tata

Prix de la presse Télérama : Vous voulez une histoire ?, d'Antonin Peretjatko

Compétition internationale

Grand Prix : Hole, de Martin Edralin

Prix spécial du jury : Minsu Kim In Wonderland, de Chan-yang Shim

Prix du public : S, de Richárd Hajdú

Compétition Labo

Grand Prix : Sieben Mal am Tag beklagen wir unser Los und nachts stehen wir auf, um nicht zu träumen (Sept fois par jour nous pleurons sur notre sort et nous nous levons la nuit pour ne pas rêver), de Susann Maria Hempel

Prix spécial du jury : Cams, de Carl-Johan Westregård

Prix du public : Père, de Lotfi Achour                 

 



09/02/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 221 autres membres